NOUVELLES
07/10/2015 07:45 EDT | Actualisé 07/10/2016 01:12 EDT

La démarche de Harper sur le niqab « est indigne » de sa fonction, accuse Trudeau

Le premier ministre sortant, Stephen Harper, doit arrêter de brandir le niqab pour marquer des points politiques, a lancé son adversaire libéral, Justin Trudeau, mercredi.

La veille, le chef conservateur a dit « examiner » la possibilité d'obliger les fonctionnaires à offrir des services publics à visage découvert s'il était réélu, laissant ainsi entendre qu'il pourrait aller plus loin que ce qu'il a promis jusqu'ici.

Interrogé sur ce scénario, M. Trudeau, qui faisait campagne à London, en Ontario, a condamné les propos de son adversaire.

« C'est un autre exemple qui montre que M. Harper fait tout ce qu'il peut pour détourner l'attention du fait qu'après 10 ans d'échec de son approche économique, les Canadiens veulent du changement, a soutenu le chef libéral. Ses priorités ne sont pas à la bonne place. »

Les conservateurs, qui contestent un jugement de la Cour d'appel fédérale sur la validité d'une directive interdisant le niqab, ont également annoncé qu'ils déposeraient, dans les 100 jours suivant leur éventuelle réélection, un projet de loi interdisant la prestation du serment de citoyenneté avec le visage couvert.

Dans l'entrevue accordée à CBC, Stephen Harper a cité le Québec en exemple et évoqué le projet de loi stipulant que les services gouvernementaux dans la province devaient être offerts et reçus à visage découvert, déposé à l'Assemblée nationale en juin dernier.