NOUVELLES
07/10/2015 07:08 EDT | Actualisé 07/10/2016 01:12 EDT

Fifa/corruption: Chung Mong-joon veut poursuivre Blatter pour "détournement"

Le Sud-Coréen Chung Mong-joon, candidat à la présidence de la Fifa, a indiqué mercredi qu'il avait l'intention de lancer des poursuites judiciaires pour "détournement" à l'encontre du Suisse Joseph Blatter, président en exercice de la fédération mondiale actuellement au coeur d'une vaste enquête pour corruption.

"Je prévois de poursuivre M. Blatter pour détournement, a déclaré depuis la convention des dirigeants sportifs à Londres l'ancien vice-président de la Fifa et membre de la famille propriétaire de Hyundai. Pour faire court, M. Blatter est un hypocrite et un menteur".

Selon le milliardaire de 63 ans, son rival a "mis de façons répétées le bazar" dans les élections des différentes confédérations continentales et il lui reproche également sa gestion "opaque".

Mardi, le Sud-Coréen a affirmé qu'il était menacé par le comité d'éthique de la Fifa de 19 ans de suspension pour l'envoi en 2010 d'une lettre aux membres du comité exécutif de la Fifa dont il était membre, soit-disant en lien avec des achats de voix pour la désignation des pays hôtes des Mondiaux 2018 et 2022.

Ces manoeuvres ont selon lui pour but de troubler sa candidature à la tête de l'instance mondiale.

L'ancien président de la Fédération sud-coréenne (1993-2009) a expliqué à son auditoire sa "fierté" de porter à ses débuts le blazer de la Fifa.

"Maintenant, on se moquerait de moi ou je serai attaqué avec. L'emblème de la Fifa est devenu l'écusson de la honte. Je vais lui rendre sa fierté" en cas d'élection, a-t-il poursuivi.

Le Coréen est candidat au scrutin de février, au même titre que le Français Michel Platini, actuel président de l'UEFA, et le Prince jordanien Ali bin al Hussein.

Les justices suisse et américaine mènent actuellement une vaste enquête contre la supposée corruption au coeur de la Fifa, présidée depuis 1998 par Sepp Blatter.

Quelques jours après sa réélection contestée à sa tête en mai pour un 5e mandat, le Suisse a appelé à de nouvelles élections car il ne pensait pas avoir "l'entier soutien du monde du football".

Concomitamment, une descente de police avait eu lieu dans un hôtel de Zurich et des officiels de la Fifa ont été interpellés et inculpés dans le cadre de cette enquête.

Blatter a toujours nié toute implication personnelle.

tw-cd/chc