VIVRE
07/10/2015 06:05 EDT | Actualisé 07/10/2015 06:09 EDT

Cap Fémina Aventure: les «Cap Fées» en bas des dunes du désert marocain (PHOTOS)

Mélanie Pinto

Les seize Québécoises parties au Maroc pour participer au raid Cap Fémina Aventure sont arrivées en bas des dunes de Erg Chebi, au sud-est du Maroc. Elles viennent de réaliser un marathon de deux jours à travers le Moyen-Atlas. Elles ont réalisé 235 kilomètres et dormi à la belle étoile, en autonomie.

Mais avant d'arriver devant ce paysage magique, elles ont dû traverser plusieurs épreuves. Au volent de leur 4X4, les «Cap Fées» ont fait preuve de patience, de bon sens technique et une très bonne maîtrise du terrain, sous un soleil de plomb.

Pour la première journée de marathon, la chanteuse Ima et sa coéquipière Caroline ont franchi les étapes sans difficultés en arrivant première à la ligne d'arrivée.

Les bourrasques du désert, l'équipage 311 de Mélanie et Patricia, ont traversé un oued, une rivière de 50 cm de profondeur, d'une seule traite avec beaucoup d'aplomb.

Karine, de l'équipage 350, a vaincu une de ses plus grandes craintes, la peur du vide. « J'ai craqué, mais je me suis très vite reprise et je me suis fait confiance », raconte l'aventurière.

Galerie photo Les «Cap Fées» en bas des dunes du désert marocain Voyez les images

Nuit en autonomie

Toutes les Québécoises sont arrivées à l'heure au bivouac improvisé en plein milieu du désert. Elles ont été accueillies par des « chikhates », des danseuses berbères qui leur ont donné un cours de danse.

Ensuite, elles ont appris à confectionner du « abadir », un pain traditionnel berbère qui cuit à même le sable, sous la braise, avec des nomades.

En totale autonomie, elles en ont profité pour faire connaissance entre elles, autour d'un feu de camp qu'elles ont allumé. Certaines ont dormi sous la tente, mais d'autres, comme Mélanie et Patricia ont préféré dormir, à la belle étoile, sur le toit de leur « truck ». « C'était magnifique », racontent-elles, les yeux pétillants.

Elles vont maintenant explorer un terrain encore inconnu, les dunes de Merzouga, là où se situe la plus grande dune du monde. Elles devront faire preuve de dextérité car piloter sur le sable fin est très difficile.

Voir aussi: