NOUVELLES
07/10/2015 13:12 EDT | Actualisé 07/10/2016 01:12 EDT

Aziz Sancar et Paul Modrich "très surpris" d'être co-lauréats du Nobel de chimie

Le Dr Aziz Sancar, un Turco-américain et Paul Modrich, un Américain, co-lauréats du prix Nobel de chimie avec le Suédois Tomas Lindahl pour leurs travaux sur la réparation de l'ADN, se sont tous deux déclarés "totalement surpris" de cette récompense.

"Ma femme a décroché le téléphone et m'a dit que quelqu'un avait un message très important", a raconté le professeur Sancar selon un communiqué de la faculté de médecine de l'Université de Caroline du Nord (sud-est) où il travaille.

"J'ai alors pris le téléphone et cette personne m'a dit que j'avais le prix Nobel, ce qui m'a vraiment surpris et, comme je dormais quand le téléphone a sonné, il était 5 heures du matin, j'étais assez incohérent", a-t-il poursuivi, précisant l'avoir remercié en disant que "c'était un honneur incroyable".

"Cette récompense est vraiment importante pour moi et mon laboratoire car nous avons travaillé dur pendant de nombreuses années et je pense que nous avons apporté des contributions significatives à notre champ de recherche", a souligné le Dr Sancar, insistant sur "un grand accomplissement d'une équipe".

"Avec cette carte des réparations de l'ADN nous pouvons désormais dire à un collègue scientifique, montre-nous le gène ou la zone dans le génome et nous, nous pourrons dire comment ils sont réparés", a-t-il dit.

L'ADN (acide désoxyribonucléique, molécule des cellules vivantes), peut être agressé tout au long de la vie, et présenter des lésions qui provoquent des mutations responsables de cancers et accélèrent le vieillissement.

Le professeur Paul Modrich de la faculté de médecine de l'Université Duke en Caroline du Nord a lui aussi expliqué avoir été sous le choc quand sa femme, également un biochimiste, lui a passé le téléphone.

"Nous sommes en vacances dans le New Hampshire (nord-est) et cela a été comme un choc", a-t-il expliqué selon un communiqué de la faculté de médecine de Duke.

Le Dr Modrich a "démontré comment la cellule corrige les erreurs qui interviennent quand l'ADN se réplique durant la division cellulaire". Des déficiences de ce processus sont entre autres responsables d'une forme héréditaire de cancer du côlon.

js/faa