NOUVELLES
06/10/2015 05:13 EDT | Actualisé 06/10/2015 05:13 EDT

Le journaliste Mohamed Fahmy a quitté l'Égypte mardi

MOHAMED EL-SHAHED via Getty Images
Al-Jazeera journalist Egyptian-Canadian Mohamed Fahmy arrives at the court in Cairo for his retrial on February 12, 2015. An Egyptian court ordered the release of two Al-Jazeera journalists pending their retrial for allegedly supporting the banned Muslim Brotherhood. Fahmy was ordered to pay bail of 250,000 Egyptian pounds ($33,000) while Egyptian Baher Mohamed was released on his own recognisance along with other defendants. AFP PHOTO/ MOHAMED EL-SHAHED (Photo credit should read MOHAMED EL-SHAHED/AFP/Getty Images)

Le journaliste Mohamed Fahmy, qui s'est défendu pendant près de deux ans en Égypte contre des accusations liées au terrorisme, a quitté Le Caire mardi, en route vers Londres puis le Canada.

M. Fahmy, emprisonné au Caire pendant plus d'un an, a publié sur son compte Twitter une photo où on le voit avec l'ambassadeur canadien en Égypte, Troy Lulashnyk. Dans la légende, il écrit: "L'ambassadeur canadien Troy m'accompagne gentiment jusqu'à la porte d'embarquement de l'aéroport du Caire. Une issue glorieuse à notre combat pour la liberté!".

Le journaliste canado-égyptien et deux de ses collègues du réseau anglais de la chaîne qatarie de nouvelles Al Jazeera avaient été arrêtés au Caire en décembre 2013 et accusés de crimes contre le régime, des accusations qui ont été décriées un peu partout dans le monde.

Après deux procès, M. Fahmy a finalement et subitement été gracié par le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, il y a un peu plus d'une semaine. Lundi, il a appris que son nom avait été retiré de la liste d'interdiction de vol, ce qui ouvrait la voie à son départ d'Égypte.

Le journaliste devait s'arrêter d'abord à Londres, où il souhaite rencontrer sa célèbre avocate, Amal Clooney, et prononcer quelques allocutions déjà prévues.

M. Fahmy doit ensuite gagner Toronto, où il promet d'exiger des chefs de partis en campagne électorale que le Canada déploie tous les efforts possibles afin de venir en aide à ses ressortissants détenus à l'étranger.

Il a aussi été invité à rencontrer le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, et le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, avant les élections du 19 octobre. M. Fahmy a déjà indiqué qu'il voulait les remercier pour leur appui pendant sa longue détention.

La ministre d'État aux Affaires étrangères et consulaires, Lynne Yelich, s'est bien sûr réjouie que M. Fahmy soit maintenant sur le chemin du retour. "Le Canada a travaillé sans relâche et au plus haut niveau pour obtenir la libération de M. Fahmy. Nous sommes heureux que sa longue épreuve soit désormais derrière lui", a-t-elle écrit dans un communiqué.

M. Fahmy s'était installé au Canada avec sa famille en 1991. Il a vécu plusieurs années à Montréal puis à Vancouver, avant d'exercer son métier de journaliste à l'étranger, notamment pour le New York Times et la chaîne de nouvelles américaine CNN.

Une fois rentré au Canada, il souhaite accepter un poste de professeur adjoint en journalisme à l'Université de Colombie-Britannique, à Vancouver. Il rédige aussi un livre sur son infortune.

Galerie photo Amal Clooney in aula con Mohamed Fahmy Voyez les images