NOUVELLES
05/10/2015 03:57 EDT | Actualisé 05/10/2015 05:00 EDT

Les centrales nucléaires vulnérables aux cyberattaques

ASSOCIATED PRESS
FILE- This Friday, April 11, 2015 file photo shows a view of the Bugey nuclear plant in Saint-Vulbas, near Lyon, central France. France’s lower house of Parliament is to vote a bill aiming at boosting renewable energy and reducing the country’s reliance on nuclear power, among other environment-friendly measures. The French government wants to be exemplary in environmental matters, as Paris is to host in December a U.N.-backed conference of 196 countries that aims to limit greenhouse gas emissions as part of efforts to fight global warming. (AP Photo/Laurent Cipriani, File)

L'industrie nucléaire, en retard dans la prévention du risque technologique, constitue une cible particulièrement vulnérable aux cyberattaques, elles-mêmes de plus en plus répandues et sophistiquées, selon un rapport publié lundi.

Les acteurs de l'industrie nucléaire «commencent, mais ont du mal, à lutter contre cette nouvelle menace insidieuse», analyse le groupe de réflexion britannique Chatham House dans une étude reposant sur 18 mois d'enquête.

L'institut estime que les centrales nucléaires «manquent de préparation pour affronter une urgence en matière de cybersécurité, dans un incident de grande ampleur, et auraient du mal coordonner une réponse adéquate».

En cause : un financement insuffisant de cette prévention, un manque de formation, de normes réglementaires et de culture de la cybersécurité, l'utilisation croissante du numérique dans les systèmes d'exploitation des centrales et le recours à des logiciels de série peu onéreux, mais plus vulnérables au piratage, observe le rapport.

Chatham House dénonce le «mythe répandu» selon lequel les centrales nucléaires seraient protégées parce qu'elles ne seraient pas connectées à internet.

Dans les faits, de nombreuses installations ont progressivement mis en place une forme de connectivité et leurs systèmes informatiques peuvent être piratés par des moyens parfois très simples.

Ainsi, le virus Stuxnet, qui avait perturbé le fonctionnement de sites nucléaires iraniens en 2010, avait été implanté au moyen d'un périphérique USB. Selon Chatham House, cette attaque est devenue une référence dans le monde des cybercriminels et leur a permis d'améliorer leur technique.

«Une fois que l'existence de Stuxnet a été connue, explique le rapport, les pirates à travers le monde se sont inspirés de son fonctionnement et ont incorporé certaines de ses fonctionnalités à leurs propres logiciels à visée malveillante».

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 8 astuces pour sécuriser sa vie privée en ligne Voyez les images