Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Déversement dans le Saint-Laurent : Montréal attend l'autorisation d'Environnement Canada

La Ville de Montréal admet avoir besoin du feu vert d'Environnement Canada avant de déverser 8 milliards de litres d'eaux usées dans le Saint-Laurent. Les deux parties sont en discussion même si le ministère fédéral a déjà indiqué à Radio-Canada qu'il ne peut pas autoriser ce type de rejet, sans donner beaucoup de détails.

Un article de Bahador Zabihiyan

Vendredi dernier, la Ville de Montréal a confirmé qu'elle rejetterait le tiers de ces égouts dans le fleuve durant une semaine, mi-octobre.

Le maire Denis Coderre avait demandé auparavant que la décision soit réévaluée. Mais il a été conclu qu'il s'agissait de la seule option pour permettre la construction d'une nouvelle chute à neige dans le cadre des travaux de réaménagement de l'autoroute Bonaventure.

La Ville a déjà obtenu l'aval du ministère québécois de l'Environnement, mais voilà qu'elle indique qu'elle aura aussi besoin du feu vert d'Environnement Canada.

« Oui, ça prend une autorisation, c'est pour ça qu'on l'a demandée », indique Valérie De Gagné, relationniste à la Ville de Montréal. Environnement Canada devrait donner sa réponse dans quelques jours, selon elle.

« Ça prend une réponse à savoir si leur autorisation va être donnée à la Ville. C'est la même chose que l'on avait demandée à Québec, en fait. »

— Valérie De Gagné, relationniste de la Ville de Montréal

Or, rien n'indique que le fédéral dira oui à Montréal.

En réponse à une demande de Radio-Canada, Environnement Canada indique qu'il « ne peut pas autoriser ce type de rejet d'eaux usées [...] en vertu du Règlement sur les effluents des systèmes d'assainissement des eaux usées. »

« La Loi sur les pêches interdit les rejets non autorisés de substances nocives dans les eaux où vivent des poissons », affirme la porte-parole Barbara Harvey, par courriel.

À la Ville, Valérie De Gagné refuse de commenter la réponse d'Environnement Canada, se contentant d'indiquer que Montréal n'a pas encore reçu de « réponse officielle » du ministère fédéral.

Environnement Canada ajoute dans son courriel être « en communication avec la Ville de Montréal en vue de recueillir des renseignements et d'évaluer les répercussions possibles d'un tel rejet ».

Situation confuse, selon l'opposition

Pour le porte-parole de Projet Montréal dans ce dossier, Sylvain Ouellet, les propos d'Environnement Canada sont difficiles à comprendre. « Ça laisse un peu place à interprétation. Est-ce que c'est un "non" définitif? Ou est-ce que c'est un "non", disant qu'ils n'ont pas encore fini l'analyse? », se demande l'élu de l'opposition.

Le déversement est prévu à la mi-octobre et s'étalera sur plusieurs jours. Mais M. Ouellet estime que cet échéancier va être difficile à respecter.

« Dans tous les cas, ça devient de plus en plus difficile à croire qu'ils vont avoir l'autorisation dans moins de deux semaines. »

— Sylvain Ouellet, conseiller de l'opposition officielle

Or, si les travaux sont retardés, cela risque de poser des problèmes « opérationnel » à la Ville, selon M. Ouellet. « La Ville de Montréal ne veut pas que ça soit l'hiver, parce qu'on veut avoir l'ensemble des chutes à neige disponible dans le cas où il y aurait une tempête de neige », soutient-il.

44 000 signatures contre le déversement en deux jours

En deux jours, une pétition en ligne dénonçant le déversement prévu d'eaux usées dans le Saint-Laurent par la Ville de Montréal a recueilli plus de 44 000 signatures.

La pétition, qui peut être signée de manière électronique seulement, a été mise en ligne par Xavier Nonnenmacher, un résident de Montréal sensible aux enjeux environnementaux.

« Je compte déposer cette pétition à la mairie de Montréal pour montrer qu'il y a des gens qui sont concernés par cette cause. Ça fera peut-être réagir pour réfléchir à une solution de rechange, autre que juste verser 8 milliards de litres d'eaux usées dans le fleuve. »

— Xavier Nonnenmacher, instigateur de la pétition

M. Nonnenmacher indique qu'il n'est affilié à aucun groupe environnemental ou politique. Les signataires demandent que le déversement « soit mis en suspend le temps de trouver une solution de rechange, ou alors le temps que des études sérieuses et poussées démontrent avec certitude que les effets sur l'environnement à court, moyen et long termes seront inexistants ou minimes et sans conséquence », peut-on y lire.

La prochaine séance du conseil est prévue le 26 octobre. En théorie, le déversement prévu aura déjà commencé depuis plusieurs jours. Le bureau du maire n'a pas voulu réagir à la réponse d'Environnement Canada, et a indiqué qu'il allait prendre connaissance de la pétition.

Le fleuve Saint-Laurent en images
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.