NOUVELLES
03/10/2015 11:15 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

Un Japonais abattu au Bangladesh, cinq jours après un Italien

Un Japonais a été abattu samedi au Bangladesh par des hommes armés, cinq jours après qu'un travailleur humanitaire italien eut été tué de la même manière dans une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique.

La police a indiqué que la victime, Hoshi Kunio, 66 ans, se trouvait dans un pousse-pousse, lorsqu'il a été abattu dans la ville de Kaunia, dans le district de Rangpur vers 10H30 (04H30 GMT).

Il se trouvait dans un pousse-pousse quand son véhicule a été arrêté par trois hommes à moto, a indiqué à l'AFP un responsable de la police de Rangpur, Saifur Rahman.

Le gouvernement du Bangladesh a déclaré qu'il prenait les deux meurtres "très au sérieux".

Le ministre de l'Intérieur Asaduzzaman Kamal a établi un lien entre les deux attentats: "on voit que le mode opératoire des deux meurtres est similaire. Les assaillants sont à moto, ils sont trois, arrivent par derrière et tirent avec des pistolets", a-t-il déclaré.

"De tels meurtres d'innocents visent à créer l'instabilité dans le pays", a ajouté M. Kamal.

M. Kunio venait souvent au Bangladesh et travaillait sur un projet agricole à Rangpur, a indiqué la police.

"Deux des assaillants lui ont tiré deux fois dessus dans la poitrine avec des pistolets tandis que l'autre attendait avec la moto prêt à fuir", selon un responsable de la police qui a ajouté que quatre personnes avaient été interrogés mais qu'il n'y avait eu aucune arrestation.

Un porte-parole de l'ambassade du Japon à Dhaka a déclaré à l'AFP qu'ils cherchaient des informations sur la victime. "D'après l'information recueillie auprès des services d'ordre, la victime semble être un Japonais dans la soixantaine", a déclaré Takeshi Matsunaga.

La police n'était pas encore en mesure de déterminer le mobile de ce crime.

L'attaque est intervenue moins d'une semaine après le meurtre d'un Italien, que le gouvernement avait qualifié d'"acte isolé", afin de dissiper les craintes dans le pays.

Les écoles internationales avaient fermé temporairement, les ambassades occidentales réduit les déplacements de leurs diplomates, tandis que l'équipe australienne de cricket avait annulé son déplacement au Bangladesh.

sa-sj /tm/abk/pjl