NOUVELLES
03/10/2015 11:49 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

Un chef de l'opposition syrienne aurait rencontré Ban Ki-moon

ORGANISATION DES NATIONS UNIES, N.Y. — La Coalition nationale syrienne, un groupe de l'opposition appuyé par l'occident, affirme que son chef s'est entretenu avec le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, pour lui demander de dénoncer publiquement les frappes aériennes de la Russie en Syrie.

Alors que l'Assemblée générale de l'ONU tirait à sa fin, samedi, la coalition a transmis un communiqué pour annoncer que Khaled Khoja avait rencontré M. Ban, la veille.

Le secrétaire général de l'ONU devrait «condamner» les quelque 50 victimes civiles tuées par les tirs de la Russie, soutient la coalition dans sa déclaration.

La Coalition nationale syrienne a déclaré que la discussion s'était révélée «constructive et franche». M. Khoja a prévenu le représentant onusien que les Syriens «étaient en train de perdre confiance en l'ONU».

L'ONU n'a pas fourni un résumé de la réunion comme elle a l'habitude de le faire pour toutes les rencontres de M. Ban. Samedi matin, un porte-parole du secrétaire général a affirmé qu'elle n'en publierait pas.

La Russie, un allié de longue date du gouvernement syrien, a lancé cette semaine une campagne de frappes aériennes en Syrie contre le groupe armé État islamique.

Moscou a nié avoir tué des civils dans ses opérations et a martelé qu'elle visait seulement des cibles du groupe armé État islamique (ÉI) et non des organisations de l'opposition.

Par ailleurs, les représentants de l'armée russe et syrienne ont révélé samedi qu'une nouvelle vague de frappes russes avait attaqué le groupe ÉI et d'autres insurgés dans le centre et le nord de la Syrie.

Ban Ki-moon s'est souvent désolé du sort réservé aux Syriens qui sont pris dans un conflit depuis des années. Il a également exprimé sa frustration quant à la division du Conseil de sécurité — la Russie et la Chine appuient le régime el-Assad, alors que les États-Unis, le Royaume-Uni et la France réclament le départ du président.

?N???

Cara Anna, The Associated Press