NOUVELLES
03/10/2015 14:27 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

Mondial-2015 - Nelson Mandela entre au Hall of Fame du rugby

L'ancien président sud-africain et icône de la lutte anti-apartheid Nelson Mandela est entré à titre posthume au Hall of Fame du rugby mondial lors d'une cérémonie samedi à Newcastle avant le match de Coupe du monde remporté par les Springboks contre l'Ecosse (34-16).

Symbole fort, cette récompense intervient vingt ans après la Coupe du monde 1995, remportée par l'Afrique du Sud sur ses terres et présentée comme l'un des premiers exemples de la réconciliation de la nation sud-africaine, quatre ans après l'abolition de l'apartheid.

"Le World Rugby Hall of Fame récompense ceux qui ont laissé une marque indélébile sur notre sport, que ce soit par leurs actions sur le terrain, leur comportement exemplaire ou leur travail sans répit, qui est une source d'inspiration, pour faire progresser notre grand sport", a expliqué le président de la fédération internationale World Rugby, Bernard Lapasset.

"Mandela entre sans aucun doute dans cette catégorie. Il a permis de faire de la Coupe du monde 1995 une occasion d'unir la nation sud-africaine grâce au pouvoir du sport", a-t-il poursuivi.

M. Lapasset a présenté cette distinction au vice-ministre des Sports sud-africain, Gert Oosthuizen, et à l'emblématique capitaine du XV sud-africain en 1995, François Pienaar.

L'image de Mandela, mort en 2013, remettant le trophée du vainqueur du Mondial-1995 à Pienaar reste parmi les images les plus marquantes de l'histoire du rugby.

La surreprésentation des blancs au sein du XV sud-africain reste un sujet sensible dans le pays. Sous la pression du gouvernement, la Fédération (SARU) s'était engagée à inclure au moins sept joueurs "non blancs" parmi les 31 joueurs sélectionnés pour le Mondial-2015.

Le sélectionneur Heyneke Meyer a au final appelé neuf joueurs de couleur, un record. Mais un petit parti sud-africain avait tout de même déposé, puis retiré, une plainte visant à empêcher les Springboks de participer à la compétition sous prétexte que les Blancs y seraient trop représentés.

pi/ak/pel/ig