NOUVELLES
03/10/2015 11:10 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

Migrants : tentative inédite de passage en force du tunnel sous la Manche

Une centaine de migrants ont tenté de manière concertée de s'introduire au cours de la nuit de vendredi à samedi dans le tunnel sous la Manche reliant la France au Royaume-Uni, "en présence" à proximité, selon la police, de militants anarchistes.

Cette tentative inédite par son ampleur intervient à un moment où l'Union européenne fait face depuis plusieurs mois à l'arrivée massive d'hommes, de femmes et d'enfants pour la plupart en provenance de zones de conflit au Proche-Orient et en Afrique.

L'intrusion coordonnée, peu après minuit (22H00 GMT) d'une centaine de personnes qui ont réussi à parcourir 15 km dans le tunnel sous la Manche avant d'être interceptées est du "jamais vu", selon Eurotunnel.

"Il est fort probable qu'il s'agisse d'une opération réfléchie ayant pour but d'attirer l'attention de l'opinion publique" sur le sort de ceux qui affluent dans le nord de la France dans l'espoir de trouver un passage vers le Royaume-Uni, a déclaré une porte-parole.

Selon une source policière interrogée par l'AFP, il y a eu vers 23H00 (21H00 GMT) "un gros mouvement de migrants" qui ont traversé Calais pour se diriger vers le site d'Eurotunnel, "en présence de militants No Border", un réseau altermondialiste militant pour la liberté de circulation en Europe.

"C'est une attaque déterminée et bien organisée", a réagi un autre porte-parole d'Eurotunnel. Les migrants "ont couru à travers le terminal, plaquant au sol certains membres du personnel et lançant sur eux des pierres".

La préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio a confirmé "une certaine agressivité" du groupe de migrants. "D'habitude, ils reculent devant les forces de l'ordre, là ils voulaient passer".

Les migrants, qui étaient 113 selon la préfète, ont forcé une clôture et sont entrés "dans le tunnel sud, assez loin, sur 15 km environ". Les gendarmes sont intervenus pour les empêcher d'aller plus loin et ont procédé à des interpellations. Vingt-trois personnes étaient en garde à vue samedi après-midi.

Deux gendarmes et quatre migrants ont été légèrement blessés, a indiqué Mme Buccio.

Le trafic ferroviaire a été paralysé pendant toute la nuit pour reprendre progressivement samedi, avec des retards de deux à trois heures pour les Eurostars et les navettes.

Dans la matinée, une action similaire a eu lieu au port de Calais, avec la tentative d'environ 300 migrants de s'introduire sur le terminal voyageur et dans des camions, selon la sécurité portuaire. La rocade conduisant au port a également été investie, par un groupe d'environ 200 personnes qui ont jeté des cailloux sur les forces de l'ordre.

Le site du tunnel, qui totalise 650 hectares et un périmètre d'une vingtaine de kilomètres, a fait l'objet l'été dernier de nombreuses tentatives d'intrusion, généralement la nuit. Un pic de 1.700 avait été atteint le 3 août. Treize personnes sont mortes accidentellement depuis le 26 juin dans ces tentatives.

- 'Inertie ' -

Depuis les travaux de sécurisation entrepris - nouvelles barrières, accroissement des effectifs, chiens renifleurs - le nombre des intrusions est tombé à une centaine par nuit.

Environ 3.500 migrants rêvant de gagner l'Angleterre, qui leur ferme ses frontières, vivent dans des conditions indignes dans le camp dit "de la nouvelle jungle", à l'est de Calais. Les associations humanitaires accusent les autorités françaises d'"inertie" face à la menace d'une "catastrophe à grande échelle".

Le gouvernement a annoncé la création de 1.500 places d'accueil en 2016, une politique de "bouts de chandelle" selon l'ONG Emmaüs qui a rompu vendredi le dialogue avec les autorités.

A l'autre extrémité de l'UE, l'afflux d'hommes, de femmes et d'enfants à la recherche d'un refuge se poursuit. En Hongrie, 4.987 nouveaux arrivants ont été recensés vendredi, portant le total à 300.159 depuis le début de l'année.

En Croatie, quelque 6.000 migrants pourraient entrer dans la journée à partir de la Serbie voisine, d'après un policier.

La Hongrie est en train de finaliser l'installation d'une clôture de barbelés à sa frontière avec la Croatie, qu'elle entend rendre imperméable aux migrants "dès que possible".

Quelque 168.000 migrants et réfugiés à la recherche d'un pays d'accueil ont traversé la Méditerranée pour rejoindre l'Europe en septembre, un record mensuel, a annoncé vendredi le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

bap-jk-cor-bur/nou/bds