NOUVELLES
03/10/2015 12:44 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

La forte pluie perdure dans l'est des États-Unis; des inondations sont prévues

Les fortes pluies se poursuivront vraisemblablement, samedi, sur la côte Est des États-Unis et les autorités ont lancé des avertissements d'inondations subites en Caroline du Sud, où les autorités ont par ailleurs bloqué l'accès à la péninsule de Charleston pour les automobilistes.

Plusieurs centimètres d'eau ont causé des problèmes aux véhicules qui circulaient au centre-ville de Charleston et plusieurs bâtiments ont été inondés dans la région, selon le Service météorologique national des États-Unis.

Une porte-parole de la Ville, Barbara Vaughn, a indiqué que plusieurs citoyens avaient été secourus de leur voiture prise dans le déluge.

Le Service de police de Charleston a fermé plusieurs zones de la ville, dont le quartier historique et le marché public.

Dans certaines rues, de 20 à 30 centimètres d'eau se sont accumulés. Les policiers ont placé des sacs de sable dans certains quartiers pour empêcher l'eau de se propager.

Plusieurs autres régions étaient menacées, dont les régions de Virginia Beach et Outer Banks, en Caroline du Nord. Une combinaison des pluies et de fortes vagues pourrait éroder les plages et endommager les quais et les digues.

Le Service météorologique national à Greenville, en Caroline du Sud, a indiqué que des «précipitations de fortes pluies» étaient prévues dans les Carolines et au nord de la Géorgie.

Les niveaux de l'eau ont le potentiel d'être «historiques» et de mettre la vie des gens «en danger».

La Caroline du Nord et du Sud devraient être les zones les plus affectées par la tempête.

L'ouragan Joaquin, qui a traversé dans les Bahamas dans les derniers jours, n'est plus dangereux, selon les experts. Il devrait frapper au large, bien loin des côtes américaines.

«On l'a échappé belle cette fois-ci. Gardons nos doigts croisés», a déclaré le gouverneur Chris Christie au New Jersey, qui avait été dévasté par la tempête Sandy il y a près de trois ans.

Seth Borenstein et David Dishneau, The Associated Press