NOUVELLES
03/10/2015 11:40 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

Joaquin donne du répit aux sauveteurs cherchant un cargo disparu

Les recherches ont repris samedi pour tenter de repérer un grand cargo avec 33 personnes à bord disparu sans trace depuis jeudi au large des Bahamas, l'ouragan Joaquin donnant du répit aux garde-côtes en se dirigeant vers les Bermudes.

L'ouragan, qui a dépassé les Bahamas, se dirige vers le nord à une vingtaine de km/h et affiche toujours des vents très violents de 215 km/h, selon le dernier point des services météorologiques américains (NHC) à 15H00 GMT.

Il devrait accélérer sa course et passer à l'ouest de l'archipel des Bermudes entre dimanche et lundi.

Malgré d'importants moyens mis en oeuvre par les garde-côtes américains, on restait sans nouvelles samedi matin du roulier El Faro, avec à son bord 28 Américains et 5 Polonais.

"Nous n'avons toujours aucune trace du navire ou aucune communication avec lui", a confirmé un porte-parole des garde-côtes américains à Miami (Floride, sud-est).

Les recherches ont repris samedi matin pour tenter de trouver trace de ce cargo battant pavillon américain et qui fait 225 mètres de long, soit un peu moins que le porte-avion nucléaire Charles-de-Gaulle.

"Nous espérons de meilleurs conditions météorologiques pour pouvoir faire des recherches plus importantes", a précisé le porte-parole, Ryan Doss.

Les gardes-côtes utilisent des avions C-130 et un hélicoptère MH 60 Jayhawk. Deux bateaux des gardes-côtes sont également en route, mais ils vont mettre plus de temps pour arriver sur zone.

Les vents et la pluie demeurent très forts, a précisé le porte-parole. "Il faut sans doute s'attendre à des vagues de 6 mètres" sur la zone, a-t-il indiqué.

Joaquin a été rétrogradé en catégorie 3 -- sur une échelle de 5 -- mais l'archipel des Bermudes a néanmoins déclenché une surveillance ouragan et une alerte tempête tropicale, qui permet de sensibiliser la population et de l'inciter à se préparer à la manifestation des premiers vents violents d'ici 36 heures.

En revanche, du côté des Etats-Unis le soulagement de voir que l'ouragan le plus puissant de la saison allait passer relativement au large des côtes n'aura été que de courte durée.

- Inondations -

Une partie du sud-est du pays et en particulier la Caroline du sud fait face à des pluies torrentielles depuis plusieurs jours et elles ont déjà provoqué d'importantes inondations.

De nombreux endroits dans et autour de ville de Charleston, une charmante ville côtière de Caroline du sud avec un centre historique remontant au XVIIème siècle, sont déjà frappés par des inondations, selon le site météo AccuWeather.com.

Une partie du centre-ville est interdit à la circulation, a indiqué la police de la ville sur son compte tweeter.

Plus au nord à Myrtle Beach les torrents de pluie ont également provoqué des inondations.

La gouverneure de l'Etat, Nikki Haley a demandé aux automobilistes de ne pas prendre la route et a souligné que ce week-end offrait une parfaite occasion de rester chez soi.

"Nous nous attendons à des niveaux historiques de chutes de pluie ce week-end", a-t-elle souligné dans un communiqué.

En Caroline du nord des habitants qui résident en bord de mer ont été évacués vers des endroits plus élevés à l'abri de la montée des eaux, selon les services d'urgence de l'Etat.

La compagnie ferroviaire Amtrak a interrompu une partie de son trafic sur le corridor sud-est ce samedi, ses liaisons les plus importantes s'arrêtant à Richmond en Virginie, au nord des zones les plus touchées, selon un communiqué.

"Cette situation nous inquiète beaucoup", a déclaré Bill Martin, un météorologue de la météo nationale à la chaîne de télévision The Weather Channel. "Nous nous attendons à des niveau de chutes de pluie allant d'élevées à extrêmes dans les 48 heures", a-t-il souligné.

Pour l'heure, il n'était fait état d'aucune victime dans les Etats touchés par les pluies torrentielles.

Joaquin est le troisième ouragan de la saison dans l'Atlantique, qui dure de juin à novembre, et il est le plus puissant par la force de ses vents.

La tempête Erika a été la plus destructrice jusqu'à présent cette année. Elle a fait en août une trentaine de morts et causé de nombreux dégâts en particulier sur la petite île de la Dominique.

bur-vog/lby