NOUVELLES
03/10/2015 00:46 EDT | Actualisé 02/10/2016 01:12 EDT

Elections législatives canadiennes: tir groupé sur le bilan du Premier ministre sortant

Lors d'un ultime débat électoral à deux semaines du scrutin législatif au Canada, les candidats des principaux partis ont attaqué le premier ministre sortant Stephen Harper, remettant sur la table les controverses qui ont animé la campagne depuis le début.

Les échanges se sont enflammés sur la controverse entourant le port du niqab (voile intégral) lors des cérémonies d'obtention de la nationalité canadienne.

Alors que Stephen Harper est resté campé sur ses positions, réitérant que la cérémonie de citoyenneté à visage découvert était sa politique depuis longtemps, le chef des néo-démocrates (NPD, gauche), Thomas Mulcair, lui a reproché d'utiliser ce débat pour cacher son bilan.

"M. Harper a le culot de faire semblant que c'est une question pour lui de droit des femmes, mais si on regarde son bilan, ses députés ont rouvert à plusieurs reprises le débat sur l'avortement", a-t-il poursuivi.

"Vous avez un candidat à Winnipeg que vous défendez, qui a comparé l'avortement à l'holocauste et au 11-Septembre!", a renchéri le chef du parti libéral, (PLC, centre), Justin Trudeau en s'adressant au candidat conservateur, lui demandant de dire aux Québécois s'il était en faveur ou contre le droit à l'avortement, question que Stephen Harper a esquivé.

Le leader des indépendantistes au Québec, Gilles Duceppe dont le parti le Bloc québécois est crédité de 4,8% des intentions de vote, a aussi joué son atout.

"Je pense que c'est un endroit sacré, l'égalité entre les hommes et femmes", a pour sa part plaidé le chef du Bloc québécois (BC, indépendantistes), Gilles Duceppe, estimant que "les musulmanes étaient les premières victimes de l'islamisme".

"Ce n'est pas en enlevant les droits de ces femmes... que vous allez pouvoir les aider, nom de Dieu", lui a répondu M. Mulcair.

Sur les questions environnementales, le chef du BC n'a pas non plus ménagé le candidat conservateur.

"M. Harper, ne tentez pas de passer pour quelqu'un qui est respectueux de l'environnement. Ce qui vous importe avant tout, c'est le développement des sables bitumineux", a-t-il lancé au premier ministre sortant.

Thomas Mulcair a aussi évoqué le scandale qui a entaché un sénateur nommé par le premier ministre sortant.

"Sur un ensemble de dossiers, c'est scandale après scandale. (...) C'est une plaque tournante de corruption et de favoritisme, votre bureau de premier ministre. Vous aviez promis de changer les choses à Ottawa, Ottawa vous a changé", a-t-il dénoncé.

Ce cinquième et dernier débat électoral a eu lieu alors que deux nouveaux sondages montraient une baisse des intentions de vote pour les néo-démocrates, pourtant parti favoris en août dernier.

Deux sondages, l'un de Léger Marketing et l'autre de Nanos, diffusés vendredi placent désormais les libéraux en tête avec entre 33,5 et 32% des intentions de vote, devant les conservateurs -- entre 31,9 et 30% -- et les néo-démocrates crédités de 25,9 à 26%.

Ni la leader du Parti vert Elizabeth May ni le chef du jeune parti Forces et Démocratie Jean-François Fortin n'ont participé au débat qui se tenait en français à Montréal.

amch/jr