NOUVELLES
03/10/2015 04:03 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

Cisjordanie: 10 Palestiniens blessés par balles dans un raid de l'armée

L'armée israélienne a poursuivi samedi sa traque des meurtriers d'un couple de colons en Cisjordanie occupée, menant un raid à Naplouse qui a fait dix blessés palestiniens par balles, selon des sources médicales et policières palestiniennes.

Comme à chaque opération militaire israélienne, des Palestiniens ont protesté et des heurts ont éclaté, des jeunes jetant des pierres sur les soldats israéliens qui ont répliqué par des tirs de balles en caoutchouc, de grenades lacrymogènes et de balles réelles. Ces heurts se sont poursuivis après la fin des perquisitions, a constaté un photographe de l'AFP.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, "dix personnes ont été touchées par des balles tirées dans les jambes ou le ventre", et "quatre personnes ont été blessées après avoir reçu des coups".

Les violences ont débuté lorsque "des dizaines de soldats israéliens à bord de véhicules militaires sont entrés vers 02H00 du matin (vendredi à 23H00 GMT) dans le quartier de Dahiyeh, dans l'est de Naplouse", près du lieu de l'attaque jeudi qui a coûté la vie jeudi soir à un couple de colons, selon la police palestinienne.

Les soldats "ont arrêté huit personnes et mené des perquisitions, pénétrant de force dans les maisons et y causant des dégâts", a ajouté la même source.

Interrogée par l'AFP, une porte-parole militaire n'a pas été en mesure de donner des informations sur l'opération menée à Naplouse.

Les tensions, déjà fortes en Cisjordanie occupée, ont été ravivées après la mort des deux colons abattus par des tirs alors qu'ils roulaient à bord de leur voiture à proximité d'une colonie israélienne proche de Naplouse.

Depuis l'armée multiplie arrestations et perquisitions, tandis que des colons s'en sont pris en Cisjordanie à des Palestiniens, ont brûlé des dizaines d'arbres leur appartenant et une voiture, y laissant la signature "vengeance".

La grande ville de Naplouse se trouve en zone dite "A", les 17% du territoire de la Cisjordanie, que l'Autorité palestinienne contrôle depuis les accords d'Oslo.

La grogne monte au sein de l'opposition islamiste et jusqu'au coeur de l'Autorité palestinienne, de plus en plus de Palestiniens réclamant au président Mahmoud Abbas de mettre fin à la coopération sécuritaire avec les Israéliens pour protester contre ces violations des accords de 1993.

Les violences viennent s'ajouter à la tension qui règne autour de l'esplanade des Mosquées et plus généralement à Jérusalem-Est, occupée et annexée par Israël, où le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a annoncé entrer "en guerre contre les lanceurs de pierres" et autorisé le recours à des snipers contre eux, comme c'est déjà le cas en Cisjordanie.

is-sbh/jlr/tp