NOUVELLES
03/10/2015 08:37 EDT | Actualisé 03/10/2016 01:12 EDT

Angleterre - Arsenal sous tension face à un Manchester United fatigué

Arsenal et Manchester United n'abordent pas idéalement leur choc de la 8e journée dimanche, entre la nervosité actuelle des Gunners, sur fond de complexe d'infériorité, et la fatigue des Red Devils, leader de la Premier League.

La Ligue des champions est passée par là, et elle a laissé des traces.

Des traces physiques du côté des Mancuniens qui, malgré leurs quatre victoires d'affilée après celle contre Wolfsburg (2-1), commencent à tirer la langue selon Louis van Gaal. Elles sont en revanche mentales chez les Londoniens après la nouvelle désillusion à l'Emirates contre l'Olympiakos (3-2).

Le climat s'est donc crispé autour d'Arsène Wenger, qui n'avait pas besoin de ça avant de recevoir un club qu'il n'a battu qu'une fois lors des neuf dernières tentatives.

Même si Cech devrait revenir, la titularisation d'Ospina mardi, et la bévue du gardien Colombien, ont terriblement fragilisé son entraîneur français.

"Ca commence à devenir très, très, très, très pénible", a reconnu vendredi l'Alsacien qui a menacé d'interrompre sa conférence de presse après avoir été bombardé de questions sur ses choix.

Malgré sa victoire épique à Leicester (5-2), les Gunners, qui restent sur trois défaites en cinq matches, se retrouvent donc dans la même configuration inconfortable qu'après la défaite à Zagreb et avant celle contre Chelsea.

Arsenal a des raisons d'y croire

Özil toujours insipide, Ramsey pourrait amener un supplément d'âme. Derrière il faudra toutefois faire sans Koscielny.

Pourtant, le 4e de la Premier League, encore battu il y a un an par MU à l'Emirates, a des raisons d'y croire. Il reste en effet sur une victoire, la première depuis 2011 à Manchester, en mars en Coupe d'Angleterre, et un nul en championnat deux mois plus tard à Old Trafford. D'ailleurs, en 2015, il a également dominé Manchester City et Chelsea.

Un succès lui permettrait également de compter 16 points, et ainsi de rejoindre l'actuel leader.

"C'est un mach spécial car MU a l'habitude de lutter en haut du classement, reconnaît ainsi Wenger. Ca a encore plus de sens là, parce qu'il y a trois points d'écart. On sort d'un gros match à Leicester et on veut continuer cette série. On est la seule équipe à avoir battu Leicester alors je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas battre MU".

Celui-ci a commencé à dégager une équipe-type du moment, mais le problème c'est que les défections restreignent les choix de LVG et que l'accumulation des matches commence à se faire sentir.

Si Carrick revient, Herrera est toujours incertain au milieu tandis que Young pourrait continuer à dépanner à gauche puisque Shaw et Rojo sont absents.

Devant, Rooney a marqué à Sunderland son 1er but en championnat depuis le 4 avril et cela demande confirmation. Martial est lui muet depuis deux rencontres. Heureusement que Mata est actuellement démoniaque.

Conscient du problème, LVG affiche toutefois son indécrottable optimisme, persuadé qu'une "victoire à Arsenal gonflera le moral" des siens dans la course au sacre.

"J'ai beaucoup gagné et ce dans beaucoup de pays. Et maintenant je suis en Angleterre. C'est mon ambition. L'équipe est plus équilibrée maintenant et il faut croire en nous pour le titre", a ainsi déclaré le Néerlandais.

cd/cto