POLITIQUE
02/10/2015 08:10 EDT | Actualisé 03/10/2015 01:54 EDT

Dernier débat: Stephen Harper ciblé par ses adversaires

Le cinquième et dernier débat des chefs de la campagne, organisé à Montréal par le réseau TVA, était la dernière occasion pour les chefs de partis de croiser le fer avant le scrutin du 19 octobre.

Dans la première partie sur l'économie et les finances publiques, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a d'abord attaqué le chef libéral Justin Trudeau pour tenter de se définir comme le seul visage du changement.

« Dans ma famille, on a toujours dit que les actions parlent plus fort que les paroles. Vous parlez des budgets de M. Harper, mais vous avez voté pour plusieurs budgets des conservateurs. Je peux vous assurer que je n'ai jamais voté pour un budget de Stephen Harper », a lancé M. Mulcair à M. Trudeau.

« Vous avez les mêmes politiques au niveau économique social et environnemental. Nous, on vote contre M. Harper. On vote contre pour le remplacer », a ajouté le chef du NPD, rappelant l'appui des libéraux à loi antiterroriste et au projet de pipeline Keystone vers les États-Unis.

Le chef libéral Justin Trudeau, qui se faisait une fois de plus attaquer sur son intention d'enregistrer trois déficits, a rappelé au chef conservateur Stephen Harper que les déficits ne lui étaient pas étrangers. « Les seules années où vous ne faites pas des déficits, ce sont les années électorales! » a lancé Trudeau à M. Harper.

Le premier ministre sortant s'est aussi fait reprocher par ses adversaires de se présenter en champions des taxes et des impôts tout en voulant implanter un péage sur le futur pont Champlain. « C'est une question d'équité que les utilisateurs participent, c'est la même chose à Windsor et à Vancouver », a rétorqué M. Harper.

Thomas Mulcair lui a plus tard reproché d'avoir coupé 36 milliards de dollars dans les transferts en santé aux provinces. « Ça ouvre la porte à la privatisation dans le système de santé », a dit le chef du NPD.

Lors d'un échange plus musclé, Stephen Harper a une fois accusé le NPD de vouloir augmenter les cotisations salariales. « C'est complètement faux », a rétorqué M. Mulcair. « C'est une fabulation de M. Harper », a-t-il ajouté, rappelant son engagement de diminuer les impôts des PME de 11 % à 9 % afin de favoriser la création d'emplois.

Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe a attaqué son homologue conservateur sur les négociations en cours sur le Partenariat transpacifique. « Je voudrais savoir si la gestion de l'offre va être préservée de façon intacte » a demandé M. Duceppe au premier ministre sortant, qui s'est contenté de répéter qu'il avait l'intention de « préserver ce système ».

Gilles Duceppe a encore une fois accusé Thomas Mulcair de tenir un double discours sur le projet Énergie Est, lui reprochant de dire qu'il est pour lorsqu'il s'adresse au Canada anglais et qu'il est contre lorsqu'il parle au Québec. Thomas Mulcair a juré, au contraire, qu'il s'y opposait dans le contexte actuel. Il martèle qu'il faudra des évaluations environnementales crédibles, ce qui n'est pas le cas actuellement depuis les conservateurs, selon lui.

« Vous me surprenez, parce que vous avez dit lors d'un débat en anglais que c'était un win-win-win », a rétorqué M. Duceppe.

Les trois thèmes du débat :

  • économie et finances publiques
  • sécurité et le Canada dans le monde
  • politiques sociales et gouvernance