NOUVELLES
01/10/2015 11:10 EDT | Actualisé 01/10/2016 01:12 EDT

Syrie: Moscou a proposé à l'ONU une résolution antiterroriste associant Damas

La Russie a distribué à ses 14 partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution antiterroriste qui associerait le régime syrien à une large coalition contre le groupe Etat islamique (EI) et le Front al-Nosra, ont indiqué jeudi des diplomates.

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov avait annoncé mercredi le dépôt de ce texte devant le Conseil de sécurité.

Le projet, dont l'AFP a eu copie, "condamne de manière inconditionnelle les organisations comme l'EI, Al-Qaïda" et al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

La résolution "reconnaît que le terrorisme constitue une menace pour la paix et la stabilité au Proche-Orient et en Afrique du Nord, et que contrer cette menace implique des efforts collectifs, nationaux, régionaux et internationaux, basés sur le respect des principes et lois internationaux".

Il "demande à tous les pays de participer autant que possible à ces efforts et de coordonner leurs activités, avec le consentement des Etats sur les territoires desquels de telles activités sont menées" (une référence notamment à la Syrie et à l'Irak) et en accord avec les principes de souveraineté et d'intégrité territoriale des Etats membres".

Moscou milite depuis des semaines pour une large coalition militaire internationale incluant notamment les forces gouvernementales syriennes, l'Iran et les pays arabes de la région et souhaite lui donner une légitimité internationale par le biais de l'ONU.

Les Etats-Unis sont déjà depuis un an à la tête d'une coalition d'une soixantaine de pays, mise sur pied pour lutter contre les jihadistes, et ne veulent pas entendre parler d'une coopération avec le régime du président syrien Bachar al-Assad. Paris et Londres sont aussi opposés à une collaboration avec Damas. Ces trois pays ont droit de veto sur toute décision du Conseil.

Les Américains avaient déjà rejeté la semaine dernière sans même la négocier une déclaration similaire mais moins ambitieuse, que Moscou avait proposée au Conseil.

La Russie mène depuis mercredi des bombardements en Syrie, affirmant vouloir combattre le groupe Etat islamique (EI), mais semble concentrer son action contre des groupes rebelles qui menacent son allié Bachar al-Assad.

avz/cf/bd/vog