BIEN-ÊTRE
01/10/2015 07:20 EDT | Actualisé 01/10/2015 07:21 EDT

Du sociofinancement pour un rasoir laser qui pourrait révolutionner votre quotidien (VIDÉO)

Messieurs, dites adieu aux petits bouts de coton sur le visage, témoins gênants d'une erreur de rasage. Après des années de recherche, le groupe Skarp Technology vient révolutionner le marché du rasoir en remplaçant les lames désormais obsolètes par un laser.

Pas d’égratignure, pas de coupure, pas d'irritation, pas de démangeaison à la repousse... A première vue, le Skarp Laser Razor a tout pour plaire, et il a d'ailleurs déjà séduit 10152 contributeurs sur la plateforme de crowdfunding Kickstarter. La demande initiale de 160 000 dollars a quant à elle été largement dépassée, puisque le montant total des contributions s'élève désormais à 1 851 631 dollars.

photo rasoir laser

Si les premiers exemplaires du rasoir devraient être livrés en mars 2016, l'idée, elle, date de bien plus longtemps. De 2001 plus précisément, quand Morgan Gustavsson, l'inventeur de la technologie IPL (Intense Pulsed Light) décide de révolutionner le monde du rasage en créant un rasoir sans lame. Mais les recherches sur la technologies laser n'en sont à l'époque qu'à leurs débuts, et Gustavsson est contraint d'abandonner son idée. Ce n'est qu'en 2013 qu'il parvient à une solution, aidé par son nouvel associé Paul Binun.

Le concept du rasoir laser est basé sur la technologie des longueurs d'ondes, dont on sait depuis plusieurs années qu'elles peuvent être utilisées pour couper les poils de couleur foncée. L'enjeu est donc de trouver une technique qui permettrait d'éliminer n'importe quel type de poils, court ou long, foncé ou clair. Et c'est la découverte d'un chromophore (un groupement d'atome responsable notamment de la coloration des éléments) qui va s'avérer décisive.

Les chercheurs découvrent que ce chromophore est présent sur tous les types de poils, peu importe l'âge, le sexe ou l'origine de la personne. A la suite de cela, ils définissent alors une longueur d'ondes capables d'agir sur ce chromophore et donc de couper le poil. Deux prototypes voient le jour et le processus de production se lance peu à peu.

Mais au-delà de ses performances de rasage, la nouvelle invention de Skarp est également conçue pour être plus "eco-friendly". Dans un premier temps, elle permettrait de faire quasiment disparaître les lames de rasoir, difficilement recyclables. Deuxième argument, une baisse de la consommation d'eau, le rasoir ne nécessitant ni humidification préalable ni rinçage, bien qu'il puisse être utilisé sous l'eau, pendant la douche par exemple.

Sur le plan environnemental, seule la question de l'alimentation reste encore en suspens. Si l'équipe a annoncé pour l'instant que le rasoir fonctionnerait grâce à des piles rechargeables AAA, elle a expliqué travailler également sur d'autres types de batteries.

Abonnez-vous à HuffPost Québec Style sur Facebook
Suivez HuffPost Québec Style sur Twitter