POLITIQUE
01/10/2015 07:17 EDT | Actualisé 01/10/2015 07:17 EDT

Le Québec pourrait déterminer l'issue des élections, estiment les sondeurs

Stockbyte

OTTAWA _ L'impasse politique annoncée par les sondages nationaux au cours de la majeure partie de la campagne électorale fédérale semble être chose du passé à deux semaines des élections du 19 octobre, ont affirmé des sondeurs, jeudi.

Les sondages effectués depuis la mi-septembre par une grande variété de firmes laissent entendre que le Nouveau Parti démocratique (NPD) a perdu des appuis alors que le Parti conservateur a en gagné et que le Parti libéral a apparemment bénéficié de la dégringolade du NPD de la première à la troisième place.

Les intentions de vote relativement stables à l'échelle nationale, ont ajouté les sondeurs, cachent toutefois les importantes divisions présentes au Québec, où les leaders néo-démocrate, conservateur, libéral et bloquiste se réuniront vendredi pour le second et dernier débat en français de la campagne.

"Le Québec est le seul endroit où les choses bougent vraiment", a indiqué Darrell Bricker d'Ipsos Reid, notant que la lutte demeurait forte entre le NPD, le Parti conservateur et le Parti libéral en Ontario.

La controverse concernant une directive qui obligerait les musulmanes portant le niqab à prêter serment le visage découvert durant la cérémonie de citoyenneté _ une politique qui n'aurait touché que deux femmes depuis 2011, selon les données du gouvernement fédéral _ est généralement vue comme la raison derrière la remontée des conservateurs au détriment des néo-démocrates, particulièrement au Québec.

"Il semble que les conservateurs aient remporté un franc succès en adoptant la ligne dure par rapport au niqab la semaine dernière, a déclaré Lorne Bozinoff de Forum Research dans un communiqué publié jeudi. Cela a clairement eu un impact au Québec et a même ressuscité le Bloc québécois menacé de mort politique presque certaine."

Peu importe les influences, après des semaines d'impasse durant lesquelles les trois principales formations politiques se sont battues dans les marges d'erreur des sondages, le modeste mouvement national pousse les médias à opter pour un ton différent qui pourrait potentiellement jeter le chef du NPD, Thomas Mulcair, en dehors de la course.

"Le NPD peut dire adieu à ses chances de former le gouvernement", a tranché le chroniqueur Lawrence Martin dans "The Globe and Mail".

D'après Chantal Hébert, chroniqueuse au "Toronto Star", ce n'est pas le niqab que M. Mulcair devrait craindre, mais bien cette nouvelle tendance alimentée par les sondages et la presse.

la dissolution du Parlement, 54 des 95 députés néo-démocrates provenaient du Québec. Christian Bourque, de Léger, a révélé qu'au début de la campagne, le NPD récoltait de 45 à 51 pour cent des intentions de vote en sol québécois. Mais depuis 10 jours, le parti recueille plutôt 30 pour cent dans la plupart des sondages, alors que le soutien envers les conservateurs, les libéraux et les bloquistes tourne autour de 25 pour cent pour chaque parti.

M. Bourque a prévenu que cette situation pourrait provoquer une dilution du vote néo-démocrate à travers la province et déclencher des luttes à quatre qui ouvriraient la voie à la victoire des députés conservateurs et libéraux locaux.

Galerie photo Les chefs en campagne, élections fédérales 2015 Voyez les images