NOUVELLES
01/10/2015 11:48 EDT | Actualisé 01/10/2016 01:12 EDT

L'ouragan Joaquin se renforce, trajectoire incertaine près des côtes américaines

L'ouragan Joaquin se renforçait jeudi après s'être hissé en catégorie 3 et avoir touché l'archipel des Bahamas, tandis que les météorologues peinaient à prévoir sa trajectoire qui pourrait le faire balayer la côte est des Etats-Unis.

Avec des vents soufflant jusqu'à 205 km/h, l'oeil du cyclone se trouvait à 15H00 GMT au niveau de l'île de Samana Cays dans les Bahamas et avançait en direction du sud-ouest.

Mais "un virage est attendu vers le nord-ouest et le nord vendredi (...) Joaquin est un ouragan de catégorie 3 et le renforcement de son intensité est possible dans les prochaines 24 heures", ont averti les experts du Centre américain de surveillance des ouragans (NHC), basé à Miami (Floride, sud-est).

Joaquin est la dixième tempête tropicale de la saison dans l'Atlantique, qui dure de juin à novembre, et la troisième à avoir mué en ouragan.

Les ouragans sont classés en catégorie 3 sur l'échelle de Saffir-Simpson, qui compte cinq niveaux, lorsque leurs vents dépassent 178 km/h.

"L'incertitude est trop grande à ce stade pour être certain des conséquences qu'aura Joaquin sur la côte est des Etats-Unis", a précisé le Weather Channel américain.

Différents scénarios prévoient que l'ouragan passe près de la Caroline du Nord et de la Virginie (est), tandis que d'autres indiquent qu'il pourrait plutôt s'éloigner vers le large dans l'Atlantique.

"Quelle que soit la trajectoire finale de Joaquin, plusieurs portions de la côte est subiront divers impacts (...) pluies torrentielles, rafales de vent, hautes vagues, érosion de plages ou inondations de zones côtières", a assuré le Weather Channel.

Pour s'y préparer, les Etats du New Jersey et de la Virginie, où jusqu'à 30 centimètres de pluie sont attendus dans certains endroits, ont déclaré l'état d'urgence, ce qui lui permet de mobiliser davantage de ressources.

- Moins d'ouragans que la normale -

Le gouverneur de la Virginie, Terry McAuliffe, a appelé les habitants à la prudence, tout comme la maire de la capitale Washington, Muriel Bowser.

"Prenez quelques minutes pour dégager les collecteurs d'eaux pluviales autour de votre maison. Cela peut éviter les inondations de sous-sols", a-t-elle conseillé dans un tweet.

La marine américaine a ordonné mercredi aux navires d'une de ses plus grandes bases en Virginie, celle de Norfolk, de se préparer à l'arrivée éventuelle de l'ouragan ce week-end.

En Caroline du Sud (sud-est), des inondations ont déjà eu lieu et une personne est décédée lorsque son véhicule et plusieurs autres ont été submergés par les flots dans le comté de Spartanburg, a rapporté la chaîne locale WYFF4.

Dans l'Etat de New York, plus au nord, les préparatifs se mettent en place.

"Il vaut mieux se préparer au pire", a prévenu sur Twitter le gouverneur Andrew Cuomo car "Joaquin pourrait ne rien faire du tout et pourrait affecter considérablement la ville de New York".

La métropole américaine a été particulièrement marquée par l'ouragan Sandy qui avait ravagé la côte nord-est en 2012, provoquant des inondations catastrophiques et faisant près de 200 morts, dont plus d'une quarantaine à New York.

Les météorologues américains avaient indiqué en août qu'il y avait 90% de probabilité d'avoir une saison 2015 des ouragans dans l'Atlantique moins active que la normale.

Sur la période de 1981 à 2010, par exemple, on comptait en moyenne douze tempêtes tropicales par an, dont six atteignant la force d'un ouragan.

Jusqu'à présent, trois tempêtes sur dix cette année, en comptant Joaquin, ont atteint la force d'un ouragan. La plus destructrice a été la tempête Erika, qui a fait plus de 30 morts fin août sur l'île de la Dominique.

faa/are