NOUVELLES
01/10/2015 14:13 EDT | Actualisé 01/10/2016 01:12 EDT

L'Assemblée nationale se prononce à l'unanimité contre l'islamophobie

QUÉBEC — L'Assemblée nationale s'est prononcée à l'unanimité jeudi contre les manifestations d'islamophobie envers les réfugiés syriens.

La motion adoptée par une centaine d'élus présents au moment du vote a été déposée par la députée solidaire de Gouin, Françoise David, qui s'est montrée inquiète devant ce qu'elle estime être une multiplication d'incidents à caractère islamophobe notés récemment sur les réseaux sociaux.

La motion vise à condamner l'islamophobie, les appels à la haine et à la violence envers les Québécois de confession musulmane, et plus particulièrement les réfugiés syriens.

Le libellé n'aborde pas la question controversée du niqab.

Le gouvernement et les partis d'opposition ont tenté de modifier le libellé de la motion, pour lui donner un caractère plus général de lutte à l'intolérance ou au racisme.

Mais Québec solidaire tenait à ce qu'elle vise directement la défense de la communauté musulmane, en raison de déclarations inappropriées lues sur les réseaux sociaux et d'incidents disgracieux survenus récemment au Québec.

Mme David relate notamment qu'à Montréal dernièrement «une femme enceinte de cinq mois a été molestée par une bande d'hommes qui l'ont fait tomber par terre et lui ont arraché son voile».

En point de presse, Mme David a expliqué qu'à la lumière de certains faits qui l'ont contrariée, elle tenait à ce que «le mot islamophobie apparaisse dans une motion».

«Les incidents qui se multiplient depuis quelques semaines sont des incidents qui touchent particulièrement les musulmans du Québec», a-t-elle fait valoir. 

«Il faut appeler un chat, un chat», a dit Mme David.

Elle s'est montrée excédée par ailleurs de constater que le niqab était devenu un enjeu majeur de la campagne électorale fédérale présentement en cours: «un débat qui n'en finit plus».

«Est-ce qu'il n'y a pas d'autres sujets qui devraient attirer l'attention de l'ensemble des Québécois?», a demandé Mme David.

Jocelyne Richer, La Presse Canadienne