NOUVELLES
01/10/2015 14:30 EDT | Actualisé 01/10/2016 01:12 EDT

JO: malgré la faiblesse du réal brésilien, les prix des billets demeurent élevés

RIO DE JANEIRO — Certains acheteurs étrangers de billets pour les Jeux olympiques d'été de 2016 paient un prix plus élevé qu'ils ne le devraient, ne profitant pas de l'importante perte de vitesse du réal brésilien par rapport à leur devise.

Le comité organisateur des Jeux de Rio de Janeiro a conclu une entente l'année dernière avec les revendeurs internationaux de billets pour un taux de change de 2,35 réaux pour un dollar américain. Depuis, la valeur du réal a plongé d'environ 70 pour cent. Le taux actuel est d'environ 4,00 réaux pour un dollar, ce qui signifie que ceux qui paient en dollars devraient faire des aubaines.

Mais ils n'en font pas, car le taux d'échange est le même.

La chute du cours du réal cause bien des soucis aux organisateurs, l'un des nombreux malheurs financiers à toucher les Olympiques qui se mettront en branle dans dix mois. L'inflation brésilienne a atteint la barre des 10 pour cent et l'économie devrait demeurer en récession pendant les Jeux.

Certains demandent même la destitution de la présidente, Dilma Rousseff, un mouvement principalement alimenté par le scandale de corruption de 2 milliards $ US impliquant la pétrolière nationale Petrobas.

Les organisateurs réduisent leurs coûts en tenant un budget d'opération très serré et ils ont refusé d'ajuster le taux de change pour la vente de billets, ce qui réduirait leurs revenus.

«Afin d'avoir un budget équilibré, le comité organisateur ne peut pas s'exposer à la volatilité du taux de change, a déclaré par courriel à l'Associated Press Donovan Ferreti, directeur de la billetterie pour les Jeux de Rio. C'est pourquoi les paiements sont basés sur un taux fixe.»

Selon Ferreti, la vente de billets représentera 16,2 pour cent des revenus des Jeux, la troisième plus importante source de revenus dans un budget d'opération de 7,4 milliards de réaux, soit environ 1,9 milliards $ US. Ce budget est pour le fonctionnement des Jeux et n'inclut pas les sommes qui seront dépensées en infrastructures.

Les autres principales sources de revenus sont les commandites locales, les ventes de produits dérivés et les droits d'exploitation, ainsi qu'une très large participation du Comité international olympique.

«Nous devons couper quelque part, c'est vrai, a déclaré Mario Andrada, porte-parole du comité organisateur. Regardez ce qui se passe au pays. Nous devons être prudents.»

Des 7,5 millions de billets qui seront en circulation, 2,25 millions — environ 30 pour cent — ont été réservés pour la vente à l'étranger. Des firmes comme CoSport, revendeurs officiels pour le Canada, les États-Unis, l'Australie, la Bulgarie, la Grande-Bretagne, la Suède, la Norvège et la Russie, ont demandé un réajustement de prix à cause de la chute du réal, mais il leur a été refusé.

Robert F. Long, le président de CoSport, une entreprise basée dans le New Jersey, a refusé les demandes d'entrevues de l'Associated Press.

Les compagnies comme CoSport ne profitent donc pas de la faiblesse du réal, mais font leur profit en pouvant facturer jusqu'à 20 pour cent du prix du billet en frais de gestion.

Ferreti précise que ces compagnies ont eu l'option de signer leurs contrats avec des prix en réaux ou en dollars américains.

«Certains pays — l'Autriche et l'Allemagne, par exemple — ont choisi de payer en réaux, a-t-il dit. D'autres — c'est le cas des États-Unis et de la Grande-Bretagne —, en dollars au taux fixé.»

Il y a donc des gagnants et des perdants avant même que ne commencent les Jeux.

Stephen Wade, The Associated Press