NOUVELLES
01/10/2015 11:49 EDT | Actualisé 01/10/2016 01:12 EDT

Bagdad prêt à étudier une proposition de bombardements russes contre l'EI en Irak (Premier ministre irakien)

L'Irak étudiera toute proposition de la Russie pour bombarder le groupe Etat islamique sur le territoire irakien, a déclaré le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, dans un entretien à la chaine de télévision française France 24.

Interrogé pour savoir si le gouvernement irakien discute avec Moscou de la possibilité de bombarder l'EI en Irak, M. al-Abadi a répondu: "Pas encore". "Mais c'est une possibilité. Si l'offre nous est faite, nous l'étudierons", a-t-il indiqué dans cet entretien réalisé mercredi à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.

Jeudi, la Russie a dit être prête à examiner l'idée de frappes aériennes en Irak si le gouvernement irakien ou une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU l'exigent.

"Si nous recevons une demande en ce sens du gouvernement irakien, ou s'il y a une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU (...) nous considérerons la pertinence politique et militaire", de procéder à des frappes, selon un responsable du ministère des Affaires étrangères.

La Russie est entrée mercredi dans le conflit syrien, menant des bombardements contre le groupe Etat islamique mais aussi "les autres groupes terroristes" qui s'opposent au régime de Bachar al-Assad. L'EI n'est pas présente dans plusieurs des zones visées par les avions russes, ce qui suscite des doutes sur les véritables intentions de la Russie de combattre l'EI ou de tout simplement venir en aide à son allié traditionnel Bachar al-Assad.

"La Russie veut vraiment combattre Daech (acronyme arabe de l'EI) et diriger sa machine de guerre contre Daech", a commenté à ce propos M. al-Abadi.

"Selon (le président russe Vladimir) Poutine, la Russie voit Daech comme une menace directe à sa sécurité nationale", a-t-il assuré.

"Il serait très surprenant" que les bombardiers russes frappent d'autres groupes que l'Etat islamique, "car il y a plus de 2.000 Russes qui combattent aujourd'hui avec Daech, qui sont des combattants aguerris, des terroristes, des criminels", a souligné le Premier ministre irakien.

"S'ils rentrent en Russie, ils vont y provoquer le chaos. Je crois donc qu'il est dans l'intérêt de la Russie de combattre Daech, et je souhaite qu'ils le fassent" effectivement, a-t-il ajouté.

"Il est aussi de notre intérêt de partager des informations" avec la Russie et l'Iran. "Mais nous n'avons pas pour intention de mener ou participer à une quelconque opération en Syrie. Notre objectif est d'expulser Daech de l'Irak", a rappelé M. al-Abadi.

L'Irak, la Russie, l'Iran et le régime syrien ont décidé de mettre sur pied un centre de renseignement à Bagdad pour lutter plus efficacement contre l'EI, qui s'est emparé de larges pans du territoire irakien depuis juin 2014 et contrôle également une grande partie de l'est syrien.

hba/amd