NOUVELLES
01/10/2015 17:51 EDT | Actualisé 01/10/2016 01:12 EDT

Avec Babcock en poste, les Maple Leafs ne perdront pas par manque d'effort

L'un des plus importants reproches adressés aux Maple Leafs de Toronto lors de leur déroute l'an dernier a été le manque d'effort. Les joueurs avaient beau affirmer qu'ils faisaient de leur mieux, ils ne donnaient pas l'impression de vouloir gagner coûte que coûte.

Alors que la reconstruction se poursuit, les Maple Leafs pourraient ne pas être bien meilleurs que l'an dernier, même avec Mike Babcock derrière le banc de l'équipe. Mais le réputé entraîneur en chef assure que ses joueurs vont se battre.

«Deux choses m'irritent : le manque de préparation et le manque de compétitivité. Ça ne se produira pas. Nous allons régler cela», a promis Babcock.

Les Maple Leafs devraient être motivés d'évoluer pour un nouvel entraîneur en chef et de tenter d'impressionner un nouveau directeur général, en Lou Lamoriello. Phil Kessel a déjà quitté les rangs de l'équipe et à peine quelques joueurs sont perçus comme des intouchables au sein de l'alignement.

L'organisation a accordé plusieurs contrats d'une seule saison à des patineurs qui auront tout à prouver en 2015-2016. C'est le cas de l'ex-Canadien Pierre-Alexandre Parenteau, qui a signé un pacte évalué à 1,5 million $. Les Maple Leafs se sont aussi entendu avec Shawn Matthias (2,3 millions $), Matt Hunwick (1,2 million $), Mark Arcobello (1,1 million $) et Brad Boyes (700 000 $).

La formation torontoise compte aussi sur plusieurs joueurs qui entameront la dernière année de leur contrat. Nazem Kadri est l'un d'eux, tout comme le défenseur Martin Marincin, acquis des Oilers d'Edmonton, et l'ailier Michael Grabner, obtenu des Islanders de New York.

Les Maple Leafs ne seront probablement pas au plus fort de la lutte pour une place en séries éliminatoires, mais ils vont batailler, a également assuré Kadri.

«Nous ne perdrons pas à cause d'un manque d'effort cette année. C'est quelque chose qui va changer. Nous allons former un club de patineurs, une équipe qui se déplacera rapidement et avec du rythme.»

On a beaucoup fait état des intentions de Babcock d'implanter à Toronto un style axé sur la possession de la rondelle. Mais ça ne se fait pas en criant «ciseau».

«Plus vous avez de bons joueurs, plus vous serez en possession de la rondelle. C'est la réalité, a rappelé Babcock. Notre objectif est d'avoir la rondelle. Nous allons travailler très, très fort pour jouer avec rapidité en défensive puis de se porter en attaque. Je pense que c'est là que réside la clé du succès.»

À son premier camp d'entraînement avec les Maple Leafs, Babcock a passé beaucoup de temps à enseigner. Et lorsque l'on cherche à implanter un nouveau système, même les vétérans ont des choses à apprendre.

«Il est très ordonné, a constaté le capitaine Dion Phaneuf. Ses équipes jouent avec une structure, et peu importe qui fait partie de la formation, qui est blessé, qui est parti, elles affichent de la régularité. En tant que joueurs, je pense que ça aide. Lorsqu'une telle structure est implantée, notre rôle est de travailler. Nous verrons où tout cela nous mènera.»

À cause d'un manque de talent, d'autant plus qu'il sera très difficile de combler la perte de production de Phil Kessel, les Maple Leafs auront probablement l'occasion de repêcher parmi les dix premiers l'été prochain.

«Pour participer aux séries, il faut marquer environ 230 buts. Lorsque nous avons fait les mathématiques, ça n'arrivait pas. Nous allons devoir trouver une autre façon de nous améliorer», a déclaré Babcock.

Ce sera à Joffrey Lupul, Kadri, Grabner, Parenteau, Matthias et aux autres de remplacer les buts perdus de Kessel.

«Je ne sais pas si nous comptons sur un marqueur de 35 buts dans l'équipe, a admis Lupul.

«Je vais devoir marquer davantage. Kadri doit marquer davantage. Nos joueurs de troisième et quatrième trios devront marquer davantage. La production devra venir de plusieurs joueurs.»

Stephen Whyno, La Presse Canadienne