NOUVELLES
01/10/2015 12:24 EDT | Actualisé 01/10/2016 01:12 EDT

Angola: la communauté musulmane dénonce le manque de liberté religieuse

Le responsable de la communauté musulmane en Angola a dénoncé les restrictions imposées selon lui à la pratique religieuse dans ce pays d'Afrique australe, ont rapporté jeudi les médias locaux.

"Sur les 18 provinces, Luanda est la seule qui offre une relative liberté de religion", a déclaré David Jà à des journalistes. "Dans d'autres provinces, presque toutes les mosquées sont fermées, nous ne pouvons pas prier, et certaines ont été détruites" ces dernières années.

L'Angola compte 24 millions d'habitants dont 75.000 musulmans, Angolais et étrangers venus du Mali, du Sénégal ou d'autres pays africains.

L'islam n'est pas reconnu officiellement comme religion en Angola, n'ayant pas recueilli les 100.000 signatures exigées par la loi.

En Angola, 80 Eglises - essentiellement chrétiennes - sont reconnues officiellement et 90, qui remplissent pourtant les critères, sont en attente d'une reconnaissance officielle, parfois depuis plus de dix ans.

"La pierre d'achoppement est ici purement politique et non juridique", a dénoncé le leader musulman: "Depuis 11 ans, un millier d'églises qui ont demandé l'acquisition de la personnalité juridique fondée sur le droit actuel ont échoué (...). L'islam ne fait pas exception".

str-cpb/bed/fra