Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'Université Laval interdit la conférence d'un imam radical

A Shiite woman reads the Quran, Islam's holy book, at the shrine of Imam Ali, the son-in-law and cousin of the Prophet Muhammad and the first Imam of the Shiites, during the anniversary of his death, in the Shiite holy city of Najaf, 100 miles (160 kilometers) south of Baghdad, Iraq, early Friday, July 10, 2015. (AP Photo/ Hadi Mizban)
A Shiite woman reads the Quran, Islam's holy book, at the shrine of Imam Ali, the son-in-law and cousin of the Prophet Muhammad and the first Imam of the Shiites, during the anniversary of his death, in the Shiite holy city of Najaf, 100 miles (160 kilometers) south of Baghdad, Iraq, early Friday, July 10, 2015. (AP Photo/ Hadi Mizban)

QUÉBEC – Un imam radical tunisien s’est fait interdire l’utilisation d’une salle de conférence à l’Université Laval.

Divers groupes, dont l’Unions des Tunisiens de Québec, avaient invité l’imam Béchir Ben Hassen à prononcer une conférence à Québec sur le thème «Contrecarrer l’extrémisme islamique violent».

Toutefois, Béchir Ben Hassen est lui-même considéré comme un extrémiste en Tunisie, où il est interdit de prêche.

Dans la vidéo ci-dessous (dont Le Huffington Post a pu valider la traduction), l’imam affirme notamment : «Pour cette raison, la punition pour quiconque insulte le prophète Mahomet est la mort».

Contrairement à ce qu’un rapportait un média mercredi matin, l’Université Laval affirme n’avoir jamais donné son accord pour l’utilisation de ses locaux. «Aucune autorisation de quelque nature n’a été donnée, et l’Université n’a jamais consenti à accueillir la conférence en question. Par ailleurs, l’Université Laval confirme aujourd’hui qu’elle refuse la tenue sur son campus de cette conférence», écrit-elle dans un communiqué.

Selon le porte-parole de l’Université de Laval, Samuel Auger, l’Unions des Tunisiens de Québec a annoncé la tenue de l’événement avant d’avoir reçu l’accord de l’institution.

Le porte-parole a toutefois refusé de dévoiler les raisons qui ont poussé l’université à refuser l’utilisation de ses locaux par l’imam controversé. Aucun responsable de l’université n’était disponible pour commenter. «Nous ne donnerons pas d’entrevue sur ce sujet-là», dit Samuel Auger.

Deux autres conférences de Béchir Ben Hassen sont annoncées par l’Unions des Tunisiens de Québec à Montréal et Gatineau les 10 et 11 octobre. Le Huffington Post Québec n’a pas pu confirmer que les orgaisations concernées ont accepté la tenue des événements.

Il a également été impossible de savoir si la conférence de Québec aura lieu malgré tout dans un autre endroit.

En chambre mercredi, la CAQ a demandé au gouvernement Couillard de contacter le gouvernement fédéral afin d'interdire la venue de l'imam au pays.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.