DIVERTISSEMENT
29/09/2015 02:45 EDT | Actualisé 29/09/2015 03:55 EDT

Anne Émond et les fantômes de Nelly Arcan (ENTREVUE)

Ismaël Houdassine

Anne Émond a planté sa caméra dans un banal appartement de la rue Saint-Zotique à Montréal. En plein tournage de son prochain film Nelly, la réalisatrice de Nuit #1 a réuni dans la cuisine quatre jeunes femmes. Un peu pompettes, elles font la fête, jasent et batifolent. Au détour d’une discussion sur leur tenue, l’une d’entre elles se met alors à parler de ses clients.

«La séquence met en scène un souper d’escortes, explique tout de go en entrevue Anne Émond. Cynthia accueille chez elle ses amies pour faire la fête.»

Invité lundi sur le plateau, Le Huffington Post Québec a découvert Cynthia, une des quatre émules de Nelly Arcan. Car la cinéaste divisera la célèbre écrivaine en plusieurs facettes, interprétées par Mylène Mackay. Quant à l’enfance de l’auteure de Putain qui s’est donné la mort en septembre 2009, elle sera interprétée par une comédienne de 13 ans.

«On peut parler de Nelly Arcan de bien des manières, raconte Émond. J’ai décidé d’élargir le personnage. Ce qui m’intéresse dans ce projet ce sont les œuvres de l’écrivaine, ses thèmes marquant comme l’obsession de la beauté ou l’obsession du regard des autres sur soi.»

L’idée d’un long métrage sur Nelly Arcan vient de la productrice Nicole Robert qui avait acquis en 2003 les droits du livre Putain pour une adaptation cinématographique. Le projet était tombé à l’eau, mais sa rencontre avec Anne Émond a permis à nouveau d’envisager une œuvre sur l’auteure.

«Le moment était parfait puisque je me sentais prête à m’attaquer à ce "monstre" de la littéraire québécoise dont j’avais déjà lu tous les bouquins», se rappelle la cinéaste.

Hommage à une écrivaine

Cette production ambitieuse à 4,1 millions de dollars, qui comprend un tournage de deux jours à Paris, est le plus gros projet d’Anne Émond qui voulait depuis des années réaliser un film sur Nelly Arcan. «J’ai visé grand sans m’en avoir vraiment rendu compte, dit-elle en riant. Je ne connaissais pas personnellement Nelly, mais lorsque j’ai appris son décès, cela m’a fait un choc, comme si je perdais une amie.»

Émond entrevoit le film tel un portrait d’une artiste emplie de paradoxes. «Je veux parler de ses tourments qui sont à l’intérieur de ses romans, tous sombres et tourmentés, alors qu’elle était si fragile. Elle me fascine aussi dans cette quête extrême de la beauté et de l’amour. Encore aujourd’hui, ce dont elle parle nous rejoint toutes, nous les femmes.»

C’est pourquoi la Nelly Arcan de Anne Émond est multiple.

«Je l’ai divisé, lance-t-elle. Chacune des variations ne se ressemble pas. Il y en a une inspirée de Marilyn Monroe, une autre rappelle Amy Winehouse, sans oublier l’escorte Cynthia, tirée du roman Folle

Même si la réalisatrice s’inspire de la vie de l’écrivaine, elle précise que son long métrage ne sera pas une biographique. «Ceux qui pensent retrouver la Nelly qu’ils ont connue risquent d’être déçus. L’œuvre est loin d’être une reconstitution. Je veux d’abord rendre hommage à son écriture et à son immense talent littéraire.»

Le tournage de Nelly se poursuit pendant trois semaines avec une sortie en salle prévue au courant de l’année 2016.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photoFilms de la semaine - 25 septembre 2015 Voyez les images