Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Front national prend la défense d'un candidat déchu du Bloc québécois

Le Front national, le parti politique français dirigé par Marine Le Pen et souvent associé à l'extrême droite, met son grain de sel dans la campagne électorale canadienne : le FN apporte son soutien au candidat du Bloc québécois qui a dû se retirer pour avoir partagé une vidéo de Marine Le Pen sur Facebook.

Un article de Bahador Zabihiyan

« Mes chères compatriotes, la France est endeuillée », disait Marine Le Pen dans un discours solennel au lendemain des attentats qui avaient frappé le pays en janvier dernier. Elle y dénonçait « la professionnalisation » des attentats et demandait au gouvernement d'agir au plus vite contre « l'islamisme radical ».

C'est ce discours qu'avait partagé sur Facebook Jacques Tremblay, ajoutant qu'il était « digne d'un chef d'État, davantage qu'Hollande ou Sarko [sic] ». « Vivement le FN et vive la France patriote », avait-il ajouté.

M. Tremblay, devenu entre-temps candidat pour le Bloc québécois dans la circonscription de Montclam, a dû démissionner lorsque La Presse a appris et publié ses propos, le dimanche 21 septembre dernier.

« C'est un manque de jugement de partager des discours ou des bribes de discours ou des communiqués ou autres de Marine Le Pen ou du Front national. »

— Dominic Vallières, porte-parole du Bloc québécois

Injuste, dit le vp du NP

Mais en entrevue avec Radio-Canada, le vice-président du FN, Florian Philippot, a tenu à soutenir l'ex-candidat. « J'ai regardé le discours qu'il avait relayé; c'était un propos de vérité », dit M. Philippot.

« Nous trouvons évidemment très injuste l'exclusion de ce candidat, qui a relayé un discours de Marine Le Pen, qui est aujourd'hui l'une des principales personnalités politiques de France. »

— Florian Philippot, vice-président du Front national

C'est à tort que son parti est généralement associé à l'extrême droite, dit-il.

« Il y a malheureusement au Canada une pensée unique très importante, qui essaye de relayer une image fausse du Front national », affirme-t-il.

Il critique aussi le NPD, dont un porte-parole a comparé sur Twitter le Bloc au FN de manière péjorative. « Être comparé au Front national, [ce devrait être] un honneur », réplique M. Philippot.

Philippot souverainiste

Le Front national, qui prône notamment la souveraineté de la France face aux décisions prises à Bruxelles par l'Union européenne, entretiendrait par ailleurs des contacts avec certains souverainistes québécois, à en croire son vice-président.

« Il n'y a pas de relations officielles, mais il y a de plus en plus de prises de contact », confirme-t-il.

« J'apporte mon soutien à la cause souverainiste, [mais] c'est aux Québécois et aux Canadiens de régler leurs affaires souverainement », précise-t-il.

Pour le porte-parole bloquiste Dominic Vallières, cependant, le FN ne partage en rien les valeurs de son parti. Les membres du Bloc qui soutiennent les positions du FN s'exposent à une exclusion du parti, dit-il.

« En notre sens, il n'y a aucune communauté de vues entre le Bloc québécois et le Front national », dit M. Vallières.

Radio-Canada a tenté en vain de contacter Jacques Tremblay. Mais celui-ci a fait part de son désarroi sur Facebook. « Je ne suis pas du FN et je n'y serai jamais », écrit-il, en se décrivant comme un homme démoli « physiquement » et « moralement ».

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.