NOUVELLES
26/09/2015 14:22 EDT | Actualisé 26/09/2016 01:12 EDT

Trêve dans des localités de Syrie: l'évacuation des civils retardée (ONG)

L'évacuation des civils prévue dans le cadre d'une trêve de six mois dans trois localités de Syrie, a été retardée samedi en raison du blocage par des manifestants d'une route nécessaire pour leur sortie, a indiqué une ONG.

Un cessez-le-feu dans la ville de Zabadani et dans les villages de Foua et Kafraya, dans le nord-ouest du pays en guerre, a été conclu jeudi entre rebelles et forces prorégime, sous l'égide de l'ONU. L'accord prévoit le retrait des rebelles de Zabadani vers la province d'Idleb, en échange de l'évacuation de 10.000 civils assiégés à Foua et Kafraya.

"Des dizaines d'hommes de la localité de Saraqeb ont coupé la route qui devait être utilisée pour évacuer les civils de Foua et Kafraya", a affirmé le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Ces deux villages chiites sont les seuls de la province d'Idleb à être encore sous contrôle de l'armée, alors que Zabadani représente le dernier bastion rebelle à la frontière syro-libanaise, que le régime, aidé du Hezbollah libanais, tente de reconquérir depuis juillet.

"Les évacuations devaient avoir lieu ce matin mais elles sont retardées à demain (dimanche) ou après-demain (lundi)", a indiqué à l'AFP M. Abdel Rahmane.

Des jeunes de Saraqeb ont coupé la route que le Croissant rouge devait emprunter pour évacuer les civils vers des régions contrôlées par le régime dans la province centrale de Hama.

"Certains protestaient parce que la cité de Saraqeb n'est pas prise en compte dans le cessez-le-feu, alors que d'autres s'élevaient contre le cessez-le-feu lui-même", selon M. Abdel Rahmane.

Tenue par les rebelles, Saraqeb est régulièrement la cible des bombardements de l'aviation du régime syrien. Pour la seule journée de samedi, au moins six raids ont frappé la ville, selon l'OSDH.

Par ailleurs, sept civils, en majorité des enfants, ont été tués et des dizaines de personnes blessées dans une attaque du régime au missile sur un quartier de la ville de Homs, dans le centre du pays, selon l'OSDH.

Le conflit en Syrie, qui a fait plus de 240.000 morts, a été déclenché en mars 2011 par la répression dans le sang de manifestations pacifiques et s'est transformé en une guerre de plus en plus complexe.

mjg/mer/tp

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!