NOUVELLES
25/09/2015 20:59 EDT | Actualisé 25/09/2016 01:12 EDT

Semaine difficile pour le quart des Eagles Sam Bradford à Philadelphie

PHILADELPHIE — Les détracteurs de Sam Bradford ont pu s'en donner à coeur joie cette semaine.

Il a peur des contacts. Il n'est pas capable de lancer dans les zones profondes. Il n'est pas capable de reconnaître les couvertures défensives. Il est trop hésitant dans la pochette protectrice. Il est trop lent. Il n'a jamais rien gagné.

Les Eagles de Philadelphie (0-2) ne ressemblent pas aux prétendants au Super Bowl que les partisans s'attendaient de voir sur le terrain cette saison. Bradford est donc la cible des critiques. L'entraîneur-chef Chip Kelly est le seul dont les oreilles doivent autant bourdonner.

«Vous allez connaître des hauts et des bas dans cette ligue, a rappelé Bradford. Est-ce que nous aurions préféré amorcer la saison avec une fiche de 2-0? Absolument. Mais ça ne s'est pas déroulé comme ça. Nous avons commencé avec deux défaites. Mais nous ne devons pas baisser les bras et perdre confiance envers notre système. Je pense que nous y croyons encore tous.»

Malgré un début de match difficile face aux Falcons d'Atlanta lors de la première semaine, Bradford a complété 21 de ses 25 passes en deuxième demie et a presque permis aux Eagles de réussir la remontée avant d'être victime d'une interception quand le ballon a dévié sur les mains du receveur Jordan Matthews.

Il a ensuite connu des ennuis, tout comme le reste de l'offensive, dans une défaite de 20-10 la semaine dernière face aux Cowboys de Dallas. Bradford affiche un taux d'efficacité de 72,3 et a quatre interceptions au compteur après deux parties.

«Je n'ai pas joué à la hauteur de mon talent, a souligné Bradford. Je pense que j'étais bien meilleur il y a quelques années et je m'attends à plus de moi-même. Parfois, quand vous commencez la saison comme ça, il faut retourner travailler sur les techniques de base.»

Plusieurs personnes ont remis en question la décision de Kelly d'échanger le quart Nick Foles et un choix de deuxième ronde aux Rams de St. Louis en retour de Bradford, qui a compilé un dossier de 18-30-1 avec les Rams et qui n'avait pas joué depuis octobre 2013 en raison de deux déchirures ligamentaires au même genou.

Foles avait brillé en 2013, aidant les Eagles à gagner le titre de la section Est de la Nationale. Il a compilé une fiche de 14-5 sous les ordres de Kelly, incluant une défaite en éliminatoires. Les Eagles avaient un dossier de 5-2 quand il s'est fracturé la clavicule en novembre dernier, mais ils ont gagné seulement cinq de leurs neuf derniers matchs avec Mark Sanchez comme quart, ratant de peu les éliminatoires.

Kelly croyait que Bradford, un ancien premier choix au total au repêchage, avait de meilleures chances de s'établir comme quart élite dans le circuit — et il n'a pas l'intention d'abandonner son quart.

«Il lançait le ballon aussi bien que n'importe qui d'autres pendant le calendrier préparatoire, a déclaré Kelly. Les choses ne fonctionnent pas présentement. C'est parfois en raison des receveurs, parfois en raison de la protection et parfois en raison de Sam. C'est un mélange des trois.»

Si Bradford ne retrouve pas sa touche dimanche face aux Jets (2-0), les partisans vont peut-être commencé à demander de voir Sanchez à sa place.

Rob Maaddi, The Associated Press

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!