NOUVELLES
26/09/2015 06:50 EDT | Actualisé 26/09/2016 01:12 EDT

Partenariat transpacifique: reprise des négociations samedi à Atlanta

MONTRÉAL — Les négociateurs en chef de 12 pays, dont le Canada, se réunissent de nouveau à compter de samedi, à Atlanta, pour tenter de conclure une entente de Partenariat transpacifique.

Des pourparlers doivent se tenir jusqu’à mardi. Par la suite, les ministres responsables des 12 pays se réuniront en sommet.

Selon le réseau anglais de Radio-Canada, le Canada se préparerait à ouvrir sa frontière à plus de lait américain, un dossier qui inquiète grandement les producteurs de lait et de volaille canadiens.

Le week-end dernier, le candidat et ministre conservateur Maxime Bernier a répété que le système de gestion de l'offre ne serait pas mis en péril par la conclusion d’un accord.

De son coté, le premier minstre Stephen Harper a admis il y a quelques jours que tous les pays devront faire des «compromis», mais que le gouvernement assurerait «la protection de nos secteurs».

Les producteurs de lait, d'oeufs et de volaille craignent d'être sacrifiés sur l'autel du libre-échange. Depuis le début de la campagne électorale fédérale, ils ont fait parvenir des courriels à tous les candidats de tous les partis à la grandeur du pays pour les sensibiliser à leur cause.

Une étude commandée par Agropur en juillet dernier révélait que l'abolition intégrale du système de gestion de l'offre pourrait faire perdre 24 000 emplois directs au pays dans l'industrie du lait uniquement. Le Québec serait particulièrement touché, puisqu'il compte 5900 des 11 960 fermes laitières du pays.

Les discussions pour le Partenariat transpacifique regroupent 12 pays, dont le Canada, les États-Unis, l'Australie et le Japon. Cela représente une zone 800 millions de personnes et pas moins de 40 pour cent de l'économie mondiale.

La Presse Canadienne

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!