NOUVELLES
26/09/2015 00:45 EDT | Actualisé 25/09/2016 01:12 EDT

Le pape François, "pacificateur" de l'Amérique latine

François, premier pape latino-américain, n'oublie pas son continent d'origine où, par deux fois cette année, il a joué un rôle essentiel dans la conclusion d'accords de paix ou de réconciliation.

Après les retrouvailles historiques entre les Etats-Unis et Cuba, le gouvernement colombien et la guérilla des Farc ont franchi cette semaine une étape décisive vers la paix, en promettant dans les six mois à venir une conclusion définitive au plus long conflit d'Amérique latine.

Dans ces deux processus, on retrouve la diplomatie du Vatican et l'engagement du pape François.

"Les paroles du pape dimanche à Cuba ont été fondamentales", a expliqué Marco Impagliazzo, président de Sant'Egidio, une communauté catholique qui a joué un rôle de médiateur dans certains conflits et qui a facilité les contacts entre le Vatican et la guérilla des Farc.

"En envoyant ainsi un message clair, dans lequel il avertissait la Colombie qu'elle ne pouvait pas se permettre un autre échec, il a accéléré le processus en vue de conclure un accord de paix", a-t-il ajouté.

"S'il vous plaît, nous n'avons pas le droit de nous permettre un échec de plus sur ce chemin de paix et de réconciliation", avait lancé le pape argentin dimanche à La Havane, exhortant les Colombiens à conclure "une paix durable" après plus de 50 ans de conflit.

"Cet appel renforce notre décision" de parvenir à la paix, avait réagi peu après le négociateur des Farc Pastor Alape.

- Informés à l'avance -

Le souverain pontife et ses plus proches collaborateurs avaient été informés à l'avance des progrès des discussions, et le pape François a voulu les rendre irréversibles en lançant cet appel à La Havane.

"L'accord est prêt, ils vont l'annoncer", assurait dès lundi à l'AFP une source haut placée dans la hiérarchie vaticane.

Le président colombien, Juan Manuel Santos, et le chef des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), Timochenko, se sont engagés à un accord de paix d'ici à mars, après avoir signé un document sur le sort judiciaire des combattants, point crucial des négociations entamées en novembre 2012.

"Le rêve du pape argentin de parvenir à une +grande patrie+ en Amérique latine s'est rapproché avec l'accord conclu sur la Colombie", a jugé Marco Impagliazzo.

"Cela fait 20 ans que nous maintenons des contacts avec les Farc. Ils nous ont utilisés comme messagers de paix", a expliqué de son côté Gianni La Bella, également membre de la communauté Sant'Egidio.

Cet historien italien avait remis en mai et en août deux lettres des Farc adressées au pape, dans lesquelles la guérilla marxiste demandait l'intervention du pontife en faveur d'un accord de paix.

Les Farc avaient d'ailleurs publiquement exprimé début août le "souhait" de rencontrer le pape lors de sa visite à Cuba, qui a pris fin mardi.

Le premier pape argentin de l'Histoire a renforcé le poids du Vatican dans la résolution des nombreux conflits régionaux.

Il a joué un rôle de médiateur dans les négociations secrètes entre les Etats-Unis et Cuba, ayant conduit à une reprise progressive des relations diplomatiques entre Washington et La Havane, après un demi-siècle de franche inimitié.

Au-delà de ce rapprochement spectaculaire, le Vatican joue également un rôle dans d'autres conflits, comme celui entre la Colombie et le Venezuela ou entre le Nicaragua et le Costa Rica.

kv/jz/ob/fcc/lrb/plh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!