NOUVELLES
26/09/2015 06:54 EDT | Actualisé 26/09/2016 01:12 EDT

La Chine et les Etats-Unis vont intensifier leur coopération dans la lutte contre la corruption

La Chine et les Etats-Unis se sont engagés à intensifier la lutte contre la corruption, le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, a déclaré samedi le ministère chinois des Affaires étrangères après une rencontre des chefs d'Etat des deux pays à Washington.

Le président Xi Jinping a achevé vendredi une première visite aux Etats-Unis où il s'est engagé au côté du président Barack Obama à intensifier la lutte contre le réchauffement climatique et la cybercriminalité, mais au cours de laquelle les deux hommes se sont affrontés sur les libertés et sur les îles qui font l'objet de différends entre la Chine et ses voisins.

Xi a entrepris une campagne de lutte contre la corruption en Chine depuis son arrivée au pouvoir il y a plus de deux ans, et les autorités ont entamé des poursuites contre les Chinois qui ont fui à l'étranger, dans le cadre d'une opération visant à rapatrier les responsables soupçonnés de corruption.

La Chine et les Etats-Unis ont décidé de prendre des "mesures pratiques permettant de coopérer dans la lutte et l'identification de cas de corruption majeure", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié sur son site.

"Les deux parties se sont engagées a intensifier leur coopération effective dans la prévention de la corruption, dans la détection de détournement de fonds publics, l'échanges de preuves, la lutte contre la corruption transnationale, le rapatriement de personnes en fuite et des immigrants clandestins , le contrôle des narcotiques, et la lutte antiterroriste".

Le ministère chinois de la Sécurité publique et le département américain de la Sécurité intérieure se rencontreront à un "moment opportun" aux Etats-Unis.

"Les deux parties ont salué les récents progrès réalisés dans les rapatriements de Chinois en fuite et d'immigrants clandestins par des vols charter et espère poursuivre cette cooperation", ajoute le communiqué.

La campagne de rapatriement a suscité des inquiétudes en Australie, où la Chine a dépêché des membres des services de sécurité pour faire pression sur des suspects sans prévenir Canberra.

La plupart des pays occidentaux, dont les Etats-Unis, n'ont pas signé de traité d'extradition avec la Chine, où les tribunaux sont contrôlés par le Parti communiste et où l'usage de la force pour extorquer des aveux est considéré comme monnaie courante.

Il n'existe aucun contrôle indépendant légal sur les enquêtes disciplinaires internes au parti, qui prive les personnes soupçonnées de corruption d'un accès à des avocats.

Selon le communiqué, les unités des services d'investigation financiers chinois et américains doivent signer un protocole d'accord encadrant l'échange d'informations sur "le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme".

Ils "coopéreront à la collecte, l'analyse et l'échange d'informations financières relevant du blanchiment d'argent, financement du terrorisme et de crimes, sur la base de la réciprocité".

kgo/iw/ros/jh

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!