NOUVELLES
26/09/2015 15:35 EDT | Actualisé 26/09/2016 01:12 EDT

Espagne: une filiale de Volkswagen sera forcée de remettre ses subventions

MADRID — L'Espagne forcera une filiale espagnole de Volkswagen, SEAT, à remettre des subventions qu'elle avait reçues pour fabriquer des modèles de voiture «économes en énergie», a annoncé samedi un ministre du gouvernement.

Volkswagen a admis cette semaine avoir triché lors des tests des autorités réglementaires américaines sur les émissions de gaz polluants en ayant recours à un logiciel malveillant.

Selon l'agence de protection environnementale des États-Unis (EPA) un logiciel installé sur les modèles VW d'automobiles 2009 à 2015 alimentées par moteur diesel 2,0 faisait en sorte que les véhicules émettaient moins de gaz polluants lorsqu'ils étaient soumis à des tests réglementaires que lors de leur utilisation normale.

Le ministre de l'Industrie, de l'Énergie et du Tourisme, José Manuel Soria, a déclaré samedi qu'il s'attendait à ce que SEAT lui révèle combien de véhicules il avait fabriqué avec ce logiciel. Il n'a pas voulu s'avancer sur le montant que pourrait lui verser le constructeur automobile espagnol.

M. Soria a indiqué que le groupe Volkswagen lui avait garanti qu'il maintiendrait ses investissements en Espagne et que le scandale des émissions «n'affecterait pas (leur) activité et l'emploi» au pays.

Dans un communiqué publié samedi, SEAT a annoncé qu'il avait nommé Luca de Meo comme nouveau président-directeur général. Selon l'entreprise, le géant allemand a démontré son engagement au pays en versant 3,3 milliards d'euros (plus de 4,9 milliards $ canadiens) en recherche et développement dans ses installations espagnoles.

Aux États-Unis, l'EPA estime qu'environ 500 000 de ses véhicules, dont la Jetta, le Golf, la Beetle, la Passat et l'Audi A3, ont été affectés par le logiciel. Le constructeur automobile allemand a reconnu qu'un logiciel semblable était présent dans 11 millions d'automobiles au diesel vendues à travers le monde.

SEAT, qui utilise les moteurs de Volkswagen et dont le siège social est à Barcelone, affirme qu'il exporte environ 80 pour cent de ses véhicules. L'entreprise a récolté environ 7,5 milliards d'euros (plus de 11 milliards $ canadiens) en 2014 de la vente de ses 390 500 voitures à travers le monde.

L'entreprise compte 14 000 employés et a des centres de production en Espagne, au Portugal, en République Tchèque et en Slovaquie.

Harold Heckle, The Associated Press

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!