NOUVELLES
26/09/2015 17:40 EDT | Actualisé 26/09/2016 01:12 EDT

Coupe des nations/finale: la Belgique ne l'a pas volée

La Belgique a remporté la finale mondiale de la Coupe des nations de saut d'obstacles, avec quatre points, devant la Grande-Bretagne et les Pays-Bas, tous deux pénalisés de huit points mais avec un meilleur temps pour les Britanniques, samedi soir à Barcelone.

Le succès des Belges est d'autant plus mérité qu'ils avaient terminé en tête du tour préliminaire à 19 nations, également disputé sur une manche jeudi.

Pour la deuxième année consécutive, la France, lauréate de la première édition en 2013, avait échoué à se qualifier parmi les huit premières équipes.

Vendredi, en finale de consolation, les Tricolores avaient terminé deuxièmes ex aequo, et donc dizièmes au classement final.

Derniers à s'élancer, Grégory Wathelet et son étalon Conrad de Hus, vice-champions d'Europe individuel en août à Aix-la-Chapelle (Allemagne), ont survolé un parcours pourtant très technique, avec deux verticaux de palanques blanches en fin de tracé pour corser le tour.

Le Wallon n'a pas perdu sa soirée. Il a partagé avec ses partenaires les 500.000 euros revenant au quatuor vainqueur, et en prime 200.000 comme seul cavalier double sans faute entre jeudi et samedi.

Wathelet, qui avait rejoint entre 2005 et 2007 l'Ukraine du milliardaire Oleksandr Onischtschenko, a reçu le soutien samedi de Judy-Ann Melchior, également sans faute sur la jument As Cold as Ice Z. Z comme l'élevage Zengersheide de son père Léon Melchior.

"L'union fait la force"

L'équipe belge, qui n'a pu se qualifier pour les JO de Rio, a usé de la devise nationale "L'union fait la force" pour se rebeller, bel exemple d'osmose entre jeunes (l'ouvreur Olivier Philippaerts a 22 ans) et chevronnés, à l'exemple de Jos Lansink, champion du monde 2006.

Troisièmes, les Pays-Bas ne sont pas descendus du podium mais ont pour une fois délaissé la plus haute marche. Champions du monde et d'Europe par équipes, tenants de la Coupe, ils ont montré quelques faiblesses. En particulier leur leader Jeroen Dubbeldam, également or mondial et continental en individuels, qui a écopé de trois fautes avec son crack Zenith.

Même le grand Ludger Beerbaum a craqué, pénalisé de huit points. C'est ainsi que l'Allemagne, lauréate potentielle avant l'ultime relais, a plongé à la sixième place.

asc/dmk

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!