Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Sentence sévère pour la propriétaire d'une usine à chiots de l'Estrie

La propriétaire de l'élevage de chiens de Bonsecours en Estrie Les petites pattes poilues, Joyce Powers, a plaidé coupable à 17 des 19 chefs d'accusation qui pesaient contre elle vendredi matin au palais de justice de Cowansville. Les accusations étaient toutes en lien avec la Loi sur la protection sanitaire des animaux.

Un texte de Geneviève Proulx

Elle devra payer des amendes totalisant 26080$ et n'aura plus ledroit d'avoir la garde d'animaux, à l'exception des trois chiensqu'elle possède présentement.Joyce Powers s'exposait à une amende pouvant atteindre 75000$. La législation québécoise ne permet pas de lui imposer de peine d'emprisonnement.

Le 22 mai 2014, les autorités ont saisi 217 chiens et 25 chats dans son chenil situé à Bonsecours. La SPA avait jugé qu'il s'agissait d'un cas de négligence générale, et que les lieux ne respectaient pas les normes prévues au Règlement sur la sécurité et le bien-être des chats et des chiens.

L'avocat de Joyce Powers soutient que sa cliente est ébranlée et vit des moments difficiles depuis la saisie de son chenil.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.