Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Manfred a rencontré Rose; lui a promis une réponse d'ici la fin de l'année

NEW YORK — Pete Rose, qui souhaite voir sa suspension à vie du baseball révoquée, a pu présenter ses arguments au commissaire du Baseball majeur Rob Manfred.

Ce dernier a promis de lui donner une réponse avant la fin de l'année.

Le Baseball majeur a indiqué que la rencontre avec le meilleur frappeur de coups sûrs de l'histoire et ses représentants a eu lieu jeudi, aux bureaux new-yorkais du circuit.

Alors qu'il était le gérant des Reds de Cincinnati en 1989, Rose a accepté d'être banni à vie après qu'une enquête menée par l'avocat John Dowd eut conclu que Rose avait parié sur des matchs des Reds alors qu'il dirigeait et à l'époque où il jouait.

Rose a déposé une première demande de réintégration en septembre 1997 et a rencontré le commissaire Bud Selig en novembre 2002, mais Selig n'a jamais rendu de décision dans ce dossier. Manfred a succédé à Selig en janvier dernier et Rose a de nouveau présenté une demande de réintégration.

Ray Genco, l'avocat de Rose, a refusé de commenter.

Maintenant âgé de 74 ans, Rose a toujours nié avoir misé sur des matchs de baseball jusqu'à la parution de son autobiographie, en 2004, «Pete Rose: My Prison Without Bars». Il a alors changé sa version et admis avoir parié pendant qu'il dirigeait l'équipe.

Au moment d'annoncer la sanction, le commissaire A. Bartlett Giamatti avait déclaré «qu'il incombe à M. Rose de reconfigurer sa vie de la façon dont il juge appropriée».

Le conseil d'administration du Temple de la renommée du baseball a a décidé, à la suite d'un scrutin mené en 1991, de rendre inéligible les joueurs dont le nom est inscrit sur la liste des joueurs inadmissibles de façon permanente. Comme la dernière année d'éligibilité de Pete Rose auprès des Chroniqueurs de baseball d'Amérique aurait été en 2006, l'impact d'une éventuelle réintégration sur ses chances d'être admis à Cooperstown ne sont pas claires.

Ronald Blum, The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.