NOUVELLES
25/09/2015 08:43 EDT | Actualisé 25/09/2016 05:12 EDT

La Hongrie complète la clôture le long de la frontière avec la Serbie

BUDAPEST, Hongrie — La Hongrie a fait savoir vendredi que la clôture qu'elle érige le long de sa frontière avec la Croatie est pratiquement terminée.

Il ne s'agit que de la plus récente mesure adoptée par les autorités hongroises pour tenter de contrer les dizaines de milliers de migrants qui veulent entrer sur son territoire pour rejoindre l'Union européenne.

Un porte-parole gouvernemental, Zoltan Kovacs, a déclaré sur les ondes de la radio publique que la Hongrie ne cherche pas à sceller sa frontière, mais qu'elle veut protéger «les frontières de l'Union européenne». Il a dit qu'un accès légal à son territoire demeure possible.

L'apparition d'une nouvelle clôture risque toutefois d'ajouter à la confusion d'une situation déjà très chaotique dans les Balkans. Environ 60 000 personnes ont déferlé sur la Croatie depuis que la Hongrie a fermé sa frontière, le 15 septembre.

Le ministre croate de l'Intérieur, Ranko Ostojic, a prévenu vendredi qu'aucun mur et aucune clôture ne saurait arrêter les réfugiés.

Le premier ministre hongrois Viktor Orban a toutefois promis de consulter les Nations unies et d'autres pays avant de sceller complètement sa frontière avec la Croatie.

La nouvelle clôture risque à tout le moins de coincer un nombre encore plus élevé de ceux qui fuient les conflits au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique, à un moment où le temps se fait de plus en plus mauvais. De pluie tombait le long de la frontière vendredi, ajoutant à la misère des migrants.

La Hongrie avait déjà déroulé des barbelés le long de sa frontière avec la Slovénie, qui comme elle appartient à la zone européenne Schengen de libre-circulation. M. Kovacs a dit que ces barbelés visent à contrer les migrants qui voudraient contourner les clôtures érigées le long des frontières avec la Croatie et la Serbie.

Des responsables allemands ont révélé vendredi qu'environ le tiers des demandeurs d'asile qui prétendent être Syriens ne le sont pas. L'Allemagne avait précédemment annoncé que les réfugiés syriens ne seraient pas immédiatement renvoyés vers d'autres pays européens, ce qui incite les migrants à mentir.

Le président de l'Union européenne, Donald Tusk, a déclaré que l'Europe pourrait avoir besoin d'une agence frontalière pour protéger ses frontières face aux «vagues excessives» de migrants qui pourraient menacer ses frontières ouvertes. M. Tusk a fait cette déclaration à la télévision polonaise jeudi soir, quelques heures après la conclusion d'un sommet des leaders européens sur la crise des migrants.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Migrants en Hongrie Voyez les images