POLITIQUE
25/09/2015 03:56 EDT | Actualisé 25/09/2015 03:56 EDT

Le ministre des Affaires municipale Pierre Moreau ouvert aux fusions municipales volontaires

Radio-Canada

Le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, ne ferme pas la porte aux fusions municipales volontaires et se montre ouvert à la mise en commun de services entre les municipalités qui souhaitent agir en ce sens pour faire des économies et ainsi alléger leur fardeau fiscal.

En marge du congrès annuel de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) à Québec, où il est venu vanter les mérites du nouveau pacte fiscal, Pierre Moreau a fait savoir ce matin que le ministère ne mettra pas de bâtons dans les roues d'une municipalité qui souhaite regrouper ses services avec ceux d'une autre.

« Si on peut aider [...], on va le faire », a-t-il dit, en prenant aussi le soin de préciser qu'il n'y aura pas de fusions forcées au Québec.

Le ministère des Affaires municipales pourra mettre en place des incitatifs afin de faciliter le processus de mises en commun des services, a ajouté le ministre.

« Nous, on dit : "Si vous pensez qu'à certains égards, vous devez continuer d'exister et de mettre en commun des services avec une municipalité voisine ou une municipalité régionale de comté, pourquoi on ne pourrait pas vous aider à faire ça?" »

Selon le ministre Moreau, le regroupement de services pourra être bénéfique sur le plan budgétaire pour plusieurs municipalités : « il y a des économies importantes qui peuvent être réalisées, tout en assurant un bon service à la population », soutient-il.

S'il refuse de parler de fusions forcées, le ministre des Affaires municipales concède néanmoins que le Québec compte peut-être beaucoup trop de villes et de municipalités.

Il prend notamment en exemple la province ontarienne. « Il n'y a pas de raison, au Québec, qu'on ait 1133 municipalités, alors que l'Ontario, qui a 12 millions de population, se retrouve avec 400 municipalités », note-t-il.

Rétablir le rapport de force

Par ailleurs, le ministre des Affaires municipales a rappelé ce matin que le nouveau pacte fiscal avec les municipalités rétablira le rapport de forces entre les villes et leurs employés.

Même s'il n'a pas précisé les détails du projet de loi qu'il déposera à l'automne, le ministre Moreau a cependant été clair sur un point : le document donnera plus de pouvoir aux villes afin de rétablir l'équilibre dans les négociations entre les municipalités et leurs travailleurs.

« On pourra maintenir un arbitrage [...], mais la décision finale ne sera pas remise à un arbitre, ça, c'est clair, et je souhaite très sincèrement que les élus des municipalités aient plus de pouvoir. »

« On veut rétablir un équilibre qui n'existe pas, à l'heure actuelle, dans les relations de travail au niveau municipal. »

— .Pierre Moreau, ministre des Affaires municipales

Rappelons que la FQM se prononce aujourd'hui sur la proposition du gouvernement.

Mercredi, le pacte fiscal proposé par le gouvernement Couillard a été accepté par 80 % des membres de l'Union des municipalités du Québec, réunis à Lévis.

Galerie photo 6 faits sur Philippe Couillard Voyez les images