NOUVELLES
24/09/2015 08:56 EDT | Actualisé 24/09/2016 05:12 EDT

Merkel: «les bénéfices de l'arrivée des migrants outrepassent les inconvénients»

BERLIN — La chancelière allemande Angela Merkel estime que les bénéfices potentiels de l'arrivée de milliers de migrants en Europe surpassent largement d'éventuels dangers.

Mme Merkel a déclaré aux parlementaires allemands que «les opportunités sont nettement plus importantes que les risques, il nous faut simplement les reconnaître et en tirer profit».

Elle a fait cette déclaration quelques heures après que des leaders de l'Union européenne (UE) se soient entendus, à Bruxelles, sur l'adoption de certaines mesures pour contrer la crise provoquée en Europe par l'arrivée de vagues de migrants en provenance du Moyen-Orient, de l'Asie et de l'Afrique.

Leur entente prévoit notamment l'établissement de contrôles frontaliers plus serrés et l'envoi d'une somme de 1 milliard d'euros aux agences internationales qui gèrent les camps de réfugiés disséminés à proximité des pays d'où fuient les migrants.

Angela Merkel a aussi répété que l'Europe avait besoin d'un plan permanent de distribution des réfugiés parmi les pays qui sont membres de l'UE. L'Allemagne peut relever ce défi, selon la chancelière.

«Qui, si ce n'est pas nous, a la force de le faire?», a-t-elle demandé.

Des équipes d'experts européens seront déployées dans les «secteurs chauds» pour enregistrer et trier les migrants. Ces équipes seront pleinement opérationnelles en Grèce et en Italie, et possiblement aussi en Bulgarie, d'ici la fin du mois de novembre.

«Les mesures sur lesquelles nous nous sommes entendus aujourd'hui ne mettront pas fin à la crise, mais elles représentent un pas dans la bonne direction», a dit le président du Conseil européen, Donald Tusk, au terme de la rencontre de sept heures.

Le premier ministre hongrois Victor Orban — qui a ordonné la construction d'une clôture le long des frontières de son pays avec la Serbie et la Croatie, pour empêcher les réfugiés d'entrer sur son territoire — a déclaré après la réunion qu'il pourrait maintenant envisager de les laisser passer sur le sol hongrois, en direction d'autres destinations.

Pendant ce temps, le ton ne cesse de monter entre la Serbie et la Croatie, depuis que la Croatie a fermé tous les passages frontaliers, sauf un, entre les deux pays, ce qui coupe la Serbie de ses principaux partenaires commerciaux en Europe.

La Serbie a interdit jeudi l'importation de biens croates, et la Croatie a répliqué en empêchant tout véhicule portant une plaque d'immatriculation serbe d'entrer sur son territoire.

«J'avais prévu de rouvrir la frontière (jeudi), mais maintenant je ne le ferai pas, a lancé à Bruxelles le premier ministre croate Zoran Milanovic. Nous devons réagir à ça dès maintenant.»

La Croatie a été submergée par l'arrivée de quelque 45 000 migrants en quelques jours. Elle a fermé sa frontière avec la Serbie pour pousser les autorités serbes à envoyer les migrants vers la Hongrie plutôt que vers son territoire.

Plus de 11 000 personnes sont entrées en Hongrie mercredi, établissant un nouveau record.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Sourires de migrants Voyez les images