NOUVELLES
23/09/2015 07:40 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Une nouvelle carte électronique pour entrer en Chine suscite la colère à Taïwan

Les autorités taïwanaises ont vivement protesté mercredi contre le lancement par Pékin d'une nouvelle carte électronique destinée aux Taïwanais souhaitant entrer en Chine.

Pékin avait annoncé en juin la création de cette carte officiellement destinée à faciliter l'accès de la Chine aux Taïwanais.

Elle est entrée en vigueur lundi. Mais les autorités taïwanaises, particulièrement méfiantes à l'égard de Pékin, affirment qu'elles n'en avaient pas été informées.

"La façon dont ils l'ont fait n'est pas respectueuse de Taïwan et a blessé les Taïwanais", a estimé dans un communiqué le Conseil taïwanais des relations avec la Chine continentale, déplorant un manque de communication.

Le Premier ministre taïwanais Mao Chi-kuo s'est également dit "extrêmement insatisfait".

La Chine considère toujours l'île de Taïwan comme partie intégrante de son immense territoire et ne fait pas secret de son intention de la mettre un jour sous sa coupe.

La Chine, qui ne reconnaît pas les passeports taïwanais, avait annoncé en juin qu'elle dispenserait les taïwanais de visa.

Auparavant, les Taïwanais souhaitant entrer en Chine devaient présenter deux documents: le visa et un permis d'entrée. Désormais, la carte électronique valable cinq ans suffira.

Les relations entre Pékin et Taipei se sont remarquablement améliorées à partir de l'arrivée au pouvoir du président taïwanais Ma Ying-jeou, qui promettait de renforcer les relations commerciales et touristiques entre les deux voisins.

Mais récemment, l'opinion taïwanaise s'est de nouveau retournée contre le rapprochement avec la Chine, de nombreux habitants affirmant que les accords économiques n'ont pas profité à la population.

"Les cartes électroniques vont peut-être bénéficier aux hommes d'affaires et aux étudiants taïwanais allant en Chine, mais cette politique ne vise qu'à rabaisser Taïwan au niveau de Hong Kong et Macao", a déclaré mercredi à l'AFP Chang Chao-lin, porte-parole du parti TSU, hostile à la Chine.

Hong Kong et Macao bénéficient d'une semi-autonomie vis-à-vis de Pékin.

Les Taïwanais ont effectué cinq millions de séjours en Chine populaire l'an dernier, les Chinois quatre millions à Taïwan, selon des statistiques fournies par Chine nouvelle.

cty/jac/ros