NOUVELLES
22/09/2015 21:35 EDT | Actualisé 22/09/2016 01:12 EDT

Un candidat conservateur a déjà comparé l'avortement à la Shoah et au 11-09

WINNIPEG — Le candidat conservateur d'une circonscription manitobaine a déjà comparé le nombre d'avortements au Canada au bilan des victimes de la Shoah et à celui des attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Gordon Giesbrecht, qui se présente dans la circonscription de Winnipeg-Sud, a déjà diffusé une vidéo en ligne en 2009 alors qu'il était président d'un collège chrétien à Saskatoon.

Dans cette vidéo, M. Giesbrecht affirme que le nombre d'avortements au cours des récentes décennies était l'équivalent d'un «11 septembre quotidien». Il ajoutait que ce nombre surpassait celui des juifs assassinés par les nazis au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

«C'est un problème très sérieux auquel sont confrontés notre jeunesse et nos Églises, déclare-t-il.  Malheureusement, cette question est rarement discutée dans nos paroisses de nos jours, si jamais elle l'est.»

Il cite ensuite un passage de la Bible qui affirmerait que Dieu connaît chaque personne avant même qu'elle ne soit un foetus.

M. Goesbrecht n'était pas disponible pour une entrevue, mardi soir. Sa directrice de campagne, Olivia Baldwin-Valainis, a affirmé que le candidat était trop occupé à faire du porte-à-porte pour commenter sa vidéo. Elle a toutefois réitéré la position du Parti conservateur sur l'avortement: la question ne sera pas discutée de nouveau.

Il a exprimé ses opinions au sujet de l'avortement une coalition anti-avortement qui lui a donné un «feu vert». Répondant à un questionnaire du groupe, en mai, M. Giesbrecht aurait affirmé qu'il s'apposait à l'avortement, quelles que soient les circonstances.

Les conservateurs détiennent ce siège depuis les élections générales de 2006. En 2011, Rod Bruinooge, un autre opposant à l'avortement, avait obtenu 48,84 pour cent des suffrages.

Un de ses adversaires, le libéral Terry Duguid, n'a pas caché son dégoût.

«Les références au 11 septembre et à la Shoah sont vraiment regrettables. Je ne crois pas qu'elles méritent d'être commentées.»

La Presse Canadienne