NOUVELLES
23/09/2015 13:21 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Syrie: le Pentagone dément la défection de rebelles alliés

Le Pentagone a démenti mercredi des informations circulant sur des réseaux sociaux selon lesquelles des rebelles syriens formés et équipés par ses soins ont rejoint un groupe lié à Al Qaïda.

"Nous sommes en contact" avec les 70 rebelles qui viennent de rejoindre la Syrie après avoir été formés pour se battre contre le groupe Etat islamique, "et il n'y a pas d'indication de défection", a déclaré le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

"Toutes les armes et tous les équipements" remis aux rebelles, désormais baptisés NSF (New Syrian Forces, Nouvelles forces syriennes) par les Etats-Unis, "sont sous leur contrôle", a-t-il affirmé.

Les allégations selon lesquelles certains de ces rebelles auraient rejoint le Front al-Nosra lié à Al Qaïda "sont totalement fausses", a-t-il dit.

Les Etats-Unis ont lancé au début de l'année dernière un programme de formation et d'équipement de rebelles syriens modérés de 500 millions de dollars, qui n'a toujours pas fourni de résultats probants.

Le groupe de 70 rebelles qui a rejoint la Syrie la semaine dernière avait été précédé l'été dernier par une première promotion de 54 combattants, aux résultats désastreux.

Moins d'une dizaine aujourd'hui se battent réellement comme prévu sur le terrain, doit reconnaître aujourd'hui le Pentagone.

Une dizaine d'autres font toujours partie du programme mais ne sont pas en Syrie pour l'instant, selon la même source.

Les autres (34) ont coupé les liens avec les Américains ou ont disparu. Un combattant aurait été tué lors de l'attaque du Front al-Nosra, et un autre serait prisonnier du groupe extrémiste, selon le Pentagone.

Le programme américain avait pour objectif au départ de former 5.000 combattants par an pendant 3 ans.

wat-lby/vog