NOUVELLES
23/09/2015 09:18 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

"Réunion clé" à Cuba entre le président Santos et le chef des Farc

Le président colombien Juan Manuel Santos et le numéro un des Farc, Timoleon Jiménez ("Timochenko"), se rendent mercredi à Cuba pour une "réunion clé", selon M. Santos, dans le cadre du processus de paix avec la guérilla.

"Je ferai escale à La Havane pour une réunion clé avec les négociateurs afin d'accélérer la fin du conflit. La paix est proche", a écrit sur son compte Twitter le président Santos, qui est attendu à l'Assemblée générale de l'ONU.

C'est la première fois que le chef de l'Etat colombien se rend à La Havane depuis le début des pourparlers de paix il y a près de trois ans dans la capitale cubaine avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC, marxistes), la plus importante guérilla du pays avec 7.000 combattants.

Le numéro un des Farc, Timoleon Jiménez ("Timochenko"), se rend lui aussi dans la journée à La Havane pour participer à une réunion entre les négociateurs de paix, selon une source de la guérilla.

A cette réunion, prévue à 17H00 (21H00 GMT), "seront présents le président Santos, le président (cubain) Raul (Castro) et le commandant Timochenko", a déclaré à l'AFP cette source, sous couvert d'anonymat, au sein de la délégation des Farc à La Havane.

Sans préciser combien de temps M. Santos resterait à Cuba, la présidence a souligné dans un communiqué que "la justice est le noeud des négociations de paix, et avec un accord sur le thème le rêve de construire un pays en paix commence à devenir réalité".

"Un accord sur la justice signifie qu'en pratique le processus a atteint un point de non retour. C'est une grande nouvelle", selon la même source.

Le gouvernement colombien est engagé depuis novembre 2012 dans des pourparlers de paix avec les FARC et les négociateurs ont déjà signé plusieurs accords préliminaires, notamment sur le déminage et la fin du recrutement des mineurs de moins de 17 ans par la guérilla.

"Parvenir à un accord sur la justice est une des meilleures nouvelles que la Colombie pourrait recevoir depuis ces 60 dernières années et une des plus importantes de l'histoire", ajoute le texte.

La Colombie est enlisée depuis plus d'un demi-siècle dans le plus long conflit armé d'Amérique latine, qui a fait au moins 220.000 morts et plus de six millions de déplacés.

fpp-fj-rd/ka/mct