NOUVELLES
23/09/2015 13:51 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Procès pour terrorisme: plaidoirie finale de l'avocat de l'adolescent

MONTRÉAL — L'avocat de l'adolescent montréalais qui fait face à des accusations liées au terrorisme a déclaré que la Couronne n'avait pas clairement démontré que le jeune entretenait des liens avec le groupe armé État islamique ou qu'il était sur le point de joindre l'organisation.

L'avocat de la défense Thiago Murias a expliqué que bien que la preuve présentée soit inquiétante, rien ne prouve que son client planifiait joindre l'organisation terroriste.

Le jeune de 16 ans, qui ne peut être nommé puisqu'il est mineur, fait face à deux accusations: avoir commis un vol pour le bénéfice d'une organisation terroriste et avoir planifié quitter le Canada pour participer à des activités liées à une organisation terroriste à l'étranger.

Me Murias a reconnu que beaucoup de documents de propagande avaient été trouvés dans l'ordinateur de l'adolescent — principalement de l'information provenant d'Al-Qaïda — mais qu'aucun contact direct n'avait été établi entre le garçon et des militants du groupe armé État islamique.

La Couronne a fait valoir lors de sa plaidoirie finale, mardi, que l'accusé était prêt à joindre l'organisation terroriste et qu'il avait commis un vol à main armée en octobre 2014 pour financer son voyage.

En présentant son plaidoyer final, mercredi, Me Murias a affirmé que la seule chose que la preuve suggérait était que son client était déterminé à combattre le régime de Bashar Al-Assad.

«Il avait la conviction, en tant que musulman, qu'il devait aller aider ses frères en Syrie, a-t-il dit. La preuve n'a pas démontré qu'il souhait commettre un acte terroriste en Syrie.»

Me Murias a également fait valoir à la cour que son client pouvait être vu comme un enfant soldat berné et par le fait même, bénéficier d'une immunité en vertu des lois internationales.

La Presse Canadienne