NOUVELLES
23/09/2015 17:24 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Nouveau traitement potentiel contre une infection nosocomiale mortelle

Des chercheurs ont découvert un nouveau traitement potentiel contre la bactérie "clostridium difficile", responsable d'une infection qui fait 15.000 morts par an aux Etats-Unis, surtout dans les hôpitaux et les maisons de retraite, selon une recherche effectuée sur des souris publiée mercredi.

Cet agent pathogène qui infecte le système digestif réapparaît chez un quart des patients malgré un traitement antibiotique efficace dans seulement 25% des cas.

Environ 7% des personnes infectées décèdent dans les 30 jours après le diagnostic.

L'antibactérien ebselen permet de détruire le clostridium difficile (C. difficile) en ciblant une toxine qu'il produit, laissant intactes les bactéries de la flore intestinale, expliquent ces scientifiques de la faculté de médecine de l'Université Stanford en Californie.

Leur étude paraît dans la revue médicale américaine Science Translational Medicine.

Ces chercheurs précisent que des essais cliniques pourront commencer prochainement car l'ebselen fait déjà l'objet de recherches cliniques humaines pour le traitement de maladies cardiovasculaires, d'accident vasculaire cérébral, de cancer et d'athérosclérose.

"Contrairement aux antibiotiques qui sont actuellement les principales armes pour le traitement des infections provoquées par le C. difficile et paradoxalement aussi la principale cause, l'ebselen ne détruit pas les bactéries intestinales", pointe Matthew Bogyo, professeur de pathologie, de microbiologie et d'immunologie.

Cela permet d'éviter une inflammation des intestins et laisse la flore intestinale se régénérer, ajoute-t-il.

Les infections provoquées par le C. difficile coûtent plus de quatre milliards de dollars par an aux Etats-Unis en dépenses de santé car elles sont responsables de plus de 250.000 hospitalisations.

js/bdx