NOUVELLES
23/09/2015 12:09 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Mulcair tente de calmer le discours sur le niqab à la veille du débat des chefs

MONTRÉAL — À la veille du premier débat télévisé des chefs en français, Thomas Mulcair cherche à calmer les esprits autour du débat sur le niqab.

Les conservateurs promettent une loi pour empêcher le port de ce voile lors des cérémonies de citoyenneté. Les bloquistes appuieraient pareille loi et veulent étendre cette interdiction au vote.

Dans un premier arrêt à la mairie de Montréal, mercredi, le chef néo-démocrate a rappelé que la loi canadienne permet aux citoyens de voter par la poste. Le citoyen peut donc, a souligné M. Mulcair, voter dans son salon, avec un sac en papier sur la tête, si cela lui chante.

Debout à ses côtés, le maire Denis Coderre a réitéré sa position en faveur de l'interdiction du niqab aux cérémonies de citoyenneté. Puis, il a, lui aussi, minimisé la question en rappelant qu'il y a environ 50 femmes au Québec qui portent ce voile intégral.

La question du niqab met Stephen Harper et Gilles Duceppe du même côté de la clôture; Justin Trudeau et M. Mulcair, de l'autre côté. Selon les sondages, c'est plutôt la position des conservateurs et des bloquistes qui reçoit l'appui des Québécois. 

Dans les dossiers montréalais, MM. Mulcair et Coderre ont affiché une grande entente. Ils ne veulent pas d'un payage sur le nouveau pont qui remplacera le pont Champlain. Ils estiment qu'Ottawa doit financer une partie des fêtes du 375e anniversaire de Montréal et laisser à la Ville le choix de décider quoi faire de l'argent fédéral.

La Presse Canadienne