NOUVELLES
23/09/2015 03:58 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Mohamed Fahmy gracié par le président égyptien

Le journaliste canadien Mohamed Fahmy a été libéré par le gouvernement égyptien. M. Fahmy fait partie d'un groupe de 100 prisonniers pardonnés par le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi.

M. Fahmy et deux de ses collègues d'Al-Jazira avaient été condamnés à trois ans de prison ferme, au terme d'un deuxième procès en août dernier. Le tribunal les a condamnés pour avoir « diffusé de fausses informations » visant à soutenir les Frères musulmans.

Mohamed Fahmy et l'Égyptien Baher Mohamed avaient été arrêtés au tribunal devant une assistance sous le choc. Les deux hommes avaient été libérés provisoirement, en février dernier, après avoir passé 400 jours derrière les barreaux. Ils avaient été libérés le temps de subir leur deuxième procès pendant que leur collègue, l'Australien Peter Greste - relâché et expulsé vers son pays d'origine en vertu d'un décret présidentiel en février dernier - a été jugé par contumace.

Les trois journalistes avaient été arrêtés en décembre 2013, avant d'être condamnés lors d'un premier procès, en juin 2014. Ils avaient à ce moment écopé de peines de 7 à 10 ans de prison.

Le gouvernement égyptien les accusait d'avoir soutenu les Frères musulmans - une organisation aujourd'hui interdite en Égypte - et d'avoir menacé la sécurité nationale avec leurs reportages.

Dans la foulée de l'expulsion de son collègue australien, M. Fahmy avait renoncé à sa citoyenneté égyptienne afin de faciliter son retour au Canada, mais la procédure s'est avérée vaine.

En février dernier, MM. Fahmy et Mohamed ont été appelés à subir un deuxième procès. Ils ont été libérés sous conditions, le temps des procédures, après avoir passé 400 jours derrière les barreaux.