NOUVELLES
23/09/2015 11:51 EDT | Actualisé 23/09/2016 01:12 EDT

Le Canada heureux de la libération de Mohamed Fahmy en Egypte

Les principaux responsables canadiens ont exprimé leur soulagement mercredi après la grâce accordée par le président égyptien à Mohamed Fahmy, le journaliste canadien de la chaîne qatarie Al-Jazeera.

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a gracié une centaine de prisonniers, dont Mohamed Fahmy, 41 ans, et son collègue égyptien Baher Mohamed, 31 ans.

Les deux journalistes ont été condamnés fin août, en compagnie de l'Australien Peter Greste qui travaillait également pour Al-Jazeera et avait été jugé par contumace, à trois ans de prison pour avoir "diffusé de fausses informations" et travaillé sans les autorisations nécessaires.

"Le Canada est heureux que le président égyptien ait gracié Mohamed Fahmy", a déclaré Lynne Yelich, secrétaire d'Etat aux Affaires consulaires.

"Le Canada a toujours insisté au plus haut niveau pour obtenir sa libération", a ajouté cette responsable du gouvernement conservateur en assurant la poursuite de l'aide consulaire pour "faciliter son départ d'Egypte".

"Soulagé d'apprendre que Mohamed Fahmy a été gracié par le président égyptien, nous lui souhaitons un bon voyage de retour au Canada", a écrit sur Twitter le chef du Nouveau parti démocratique (NPD, gauche) Thomas Mulcair.

"Encouragé d'entendre que Mohamed Fahmy a reçu son pardon en Egypte", a tweeté Justin Trudeau, leader du parti libéral.

"La grâce présidentielle accordée aujourd'hui à M. Fahmy a été longue à venir", a-t-il ajouté ensuite dans un communiqué.

Elizabeth May, chef du parti Vert, a exprimé son soulagement tout en déplorant "l'échec" du Premier ministre Stephen Harper a faire le nécessaire plus rapidement pour faire libérer le journaliste.

"Après un long combat, le journaliste canadien Mohamed Fahmy est enfin libre", s'est félicitée l'Association canadienne des journalistes, qui avait demandé il y a quelques mois à "Stephen Harper d'intervenir personnellement" dans le dossier.

En pleine campagne électorale, le Premier ministre sortant n'avait pas réagi mercredi à la mi-journée à cette grâce du ressortissant canadien.

mbr/elm